Chine et Etats-Unis n'ont pas fini de s'affronter

©EPA

La Chine estime que c’est son modèle de développement qui lui a permis de faire sortir de la pauvreté des centaines de millions de personnes. Par conséquent, elle ne se convertira pas de sitôt aux vertus de la libre entreprise qui a, en revanche, fait la force des Etats-Unis. De quoi alimenter encore bien des discordes à l’avenir…

©doc

Par Xavier Dupret
Économiste Fondation Joseph Jacquemotte

Statuer au sujet des structures de l’économie mondiale à partir de comptabilités d’entreprises constitue, en apparence, une gageure de taille. En apparence seulement car la vigueur de l’économie chinoise est telle que même ce niveau d’analyse strictement microéconomique s’avère des plus pertinents pour notre propos.

2
Etat
Parmi les 10 plus grandes compagnies du monde, on trouve trois entreprises chinoises don deux d’entre elles sont des sociétés publiques. Il s’agit de State Grid et de China National Petroleum Corporation.

Parmi les 10 plus grandes compagnies du monde, on trouve trois entreprises chinoises. Deux d’entre elles sont des sociétés publiques. Il s’agit de State Grid (numéro deux mondial avec un chiffre d’affaires de 349 milliards de dollars) et de China National Petroleum Corporation (quatrième plus grosse firme ayant brassé, en 2018, un volume d’affaires de 326 milliards de dollars). On ne relève rien de similaire pour les autres pays (en l’occurrence, occidentaux) dont les entreprises présentes dans ce Top 10 sont toutes des sociétés par actions. Ce point est important car il permet de relever une évolution aussi récente que majeure. À savoir, la montée en puissance du capitalisme d’État chinois.

Notion contradictoire

La notion même de capitalisme d’État peut sembler une contradiction dans les termes. Une représentation sommaire des systèmes économiques voudrait, en effet, que dans le cadre du capitalisme, les particuliers sont propriétaires des moyens de production alors qu’en ce qui concerne le socialisme, il s’agit de la collectivité.

La réalité est, néanmoins, plus complexe. Il existe, de fait, une configuration intermédiaire entre ces deux extrémités. Il s’agit précisément du capitalisme d’État où coexistent propriétés privée et publique du capital.

La dimension dirigiste s’avère, certes, importante dans le modus operandi inhérent au capitalisme d’État mais la liberté d’initiative économique y est réelle, quoique davantage encadrée que dans une économie de marché classique.

©AFP

De surcroît, ce n’est pas le seul libre jeu de l’offre et de la demande qui, dans ce cas d’espèce, détermine la formation des prix. La fixation de ces derniers y relève plus fondamentalement de la décision publique. Il va de soi que pour un partisan du libéralisme anglo-saxon (ou un moine-soldat altermondialiste), une telle configuration constitue une anomalie, voire une hérésie.

L’émergence du capitalisme d’État "Made in China" sur la scène internationale a été pointée, il y a déjà de cela une décennie, par la prestigieuse revue Foreign Affairs comme une forme de concurrence vis-à-vis du modèle anglo-saxon.

La Chine s’est, depuis, de plus en plus affirmée tant et si bien qu’on peut, avec le recul, constater que les experts de Foreign Affairs avaient vu juste.

Chaque fois que la Chine étend son influence dans le monde, elle entend le faire conformément à son modèle de référence.

Les logiques de fonctionnement de l’économie de marché et du capitalisme d’État chinois sont, comme nous l’avons vu, sensiblement éloignées l’une de l’autre. Or, chaque fois que la Chine étend son influence dans le monde, elle entend le faire conformément à son modèle de référence.

Divergences de vue

Les présidents Xi et Trump. ©REUTERS

Les tractations commerciales actuellement en cours entre Pékin et Washington constituent une illustration particulièrement emblématique de ce tropisme. Là où, par exemple, les Américains veulent prioritairement protéger la propriété intellectuelle, les Chinois se montrent surtout soucieux de privilégier le droit au développement national. Cette divergence de vues explique, en grande partie, les difficultés que rencontraient, à l’heure où ces lignes étaient écrites, l’Oncle Sam et l’Empire du Milieu à conclure un accord commercial.

Or, la Chine estime que c’est son modèle de développement qui lui a permis de faire sortir de la pauvreté des centaines de millions de personnes. Par conséquent, elle ne se convertira pas de sitôt aux vertus de la libre entreprise qui a, en revanche, fait la force des Etats-Unis. De quoi alimenter encore bien des discordes à l’avenir…

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect