Et si nous faisions de la Francophonie autre chose qu'un simple gadget politique ?

Au siège de l'OIF. ©AFP

Pour quelle raison pourrions-nous justifier, dans les années à venir, cette réserve qui nous empêche depuis trop longtemps de mettre l’identité francophone au cœur de nos préoccupations ?

Gaëtan Van Goidsenhoven
Sénateur – Député au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Chef de Groupe MR au Parlement Francophone Bruxellois

Ces derniers jours, la volonté de créer un agent de liaison entre les différentes institutions francophones belges a accaparé le débat autour de la Francophonie dans notre pays. L'inaptitude à sortir d'une logique de simple bricolage est symptomatique d’un manque de vision sur cette question. Cette situation hypothèque malheureusement depuis bien longtemps notre capacité à conférer un réel contenu à " notre " francophonie, à lui redonner sens et à la faire vivre.

Les francophones de Belgique entretiennent en effet une relation compliquée et souvent paradoxale avec la Francophonie.
.
.

Les francophones de Belgique entretiennent en effet une relation compliquée et souvent paradoxale avec la Francophonie. Ils se sentent souvent peu concernés, voire ignorants de cette partie de notre identité. Nombre d’entre nous considèrent leur appartenance linguistique à l’instar d’un vieux meuble de famille, dont on ne peut pas se défaire mais que l’on rêve de pouvoir troquer contre du " neuf ". Le neuf, c’est l’Anglais, ou plutôt ce " Globish " - anglo-américain anémié, en usage dans tous les aéroports – dont un nombre croissant de discours politiques et de publicités sont truffés.

Le Français représente pourtant un patrimoine culturel et langagier que nous partageons avec plus de 300 millions de locuteurs dans le monde. Ce nombre va en outre être amené à considérablement augmenter ces prochaines années, principalement par le fait du dynamisme démographique stupéfiant du continent africain. Ainsi, en 2050, la population africaine devrait doubler et le français pourrait être parlé par quelque 700 millions de personnes.

Spectateurs passifs

Dans ce contexte, d'autres États francophones ont pleinement pris la mesure des enjeux que recèle le déploiement d'une coopération renforcée au sein de la Francophonie, et participent de ce fait pleinement au débat autour de son avenir.

Notre voix porte très peu dans les grands débats entre États membres de l'OIF (l'Organisation internationale de la Francophonie).
.
.

A contrario, ces débats ne produisent pratiquement aucun écho en Belgique. Nos représentants politiques francophones, wallons comme bruxellois, restent les spectateurs passifs des enjeux politiques, économiques et culturels que porte en elle la Francophonie.

Certes, la présence du Premier Ministre aux derniers Sommets de la Francophonie a permis de cacher l’absence répétée des hautes instances politiques de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il n’en demeure pas moins que notre voix porte très peu dans les grands débats entre États membres de l'OIF (l'Organisation internationale de la Francophonie).

La Secrétaire Générale de OIF, la Rwandaise Louise Mushikiwabo. ©EPA

Notre absence de positionnement à l’occasion du processus de désignation de sa nouvelle Secrétaire Générale [la Rwandaise Louise Mushikiwabo, élue en octobre 2018], de même que notre incapacité à organiser à Bruxelles un événement majeur aux couleurs de la Francophonie, témoignent de ce triste manque d'ambition.

S’il est légitime de déplorer cette discrétion, qui confine à la timidité, il serait cependant injuste de ne pas souligner que la Fédération Wallonie-Bruxelles est l’un des principaux bailleurs de l'OIF. De même, notre implication dans certaines commissions techniques peut être jugée estimable. Ces bons points ne devraient-ils pas constituer des raisons supplémentaires pour se mobiliser davantage ?

Les raisons que nous avons de faire un meilleur usage des potentialités que nous offre l'espace de la Francophonie sont pourtant nombreuses : promotion du français et du multilinguisme à Bruxelles, au cœur de l’Europe, ouverture à l’égard des pays du Sud, rayonnement culturel de notre patrimoine, création de liens privilégiés avec des territoires offrant des débouchés économiques, soutien au dialogue des cultures et à la paix dans le monde, défense de la diversité culturelle, coopération en vue d'un développement durable partagé…

Identité francophone

Soit autant de perspectives qui sont a priori considérées comme essentielles par les partis traditionnels de l’espace Wallonie-Bruxelles.

Pour quelle raison pourrions-nous justifier, dans les années à venir, cette réserve qui nous empêche depuis trop longtemps de mettre l’identité francophone au cœur de nos préoccupations ? Craignons-nous de déplaire à ceux qui ne parlent ni ne comprennent la langue française ? Avons-nous peur d'être accusés de " repli sur soi " ? Craignons-nous que la volonté de faire rayonner notre langue soit perçue de manière hostile, comme un signe de fermeture vers les autres langues ?

Si au moins nos scrupules garantissaient une bonne maîtrise des langues étrangères. Mais chacun sait qu’il n’en est rien et que notre enseignement fait toujours modèle de contre-exemple en la matière.

Nous devons reconsidérer notre approche francophone à la lumière des enjeux réels, qui débordent les frontières de notre Communauté française.
.
.

A l’heure où l’on s’interroge sur l’avenir de la Fédération Wallonie-Bruxelles et où l’utilité de l’impécunieuse et mal nommée COCOF (Commission communautaire française) fait l’objet d’introspection, à l’heure où d’aucuns rêvent de fabriquer pour leur compte de nouveaux bidules institutionnels censés unir les belges francophones, peut-être serait-il opportun de prendre un peu de hauteur ? Nous devons reconsidérer notre approche francophone à la lumière des enjeux réels, qui débordent les frontières de notre Communauté française.

Nous y trouverons probablement plus d’inspiration pour aimer et faire bon usage de cette part de nous-mêmes : cette langue commune, qui fut autrefois celle des Lumières et qui demeure, aujourd'hui encore, la deuxième langue étrangère la plus enseignée dans le monde.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect