carte blanche

Il est temps de reconnaître le rôle d'employeur des PME belges

Dans un climat social sombre, difficile de prendre du recul, mais avant de céder complétement au pessimisme, il convient de trouver des solutions et opportunités dans ce qui fait le propre de l’économie belge : les PME.

En Belgique, un tiers de la richesse annuelle est produite par les PME, ce que l’on sait moins (ou ce à quoi on ne fait pas spécialement attention), c’est qu’un salarié sur deux travaille pour une PME (selon l’UCM). Que la Belgique soit une terre de PME est un fait reconnu, et pourtant ces entreprises qui sont un réel vecteur de dynamisme de l’économie, et qui, surtout, représentent une bonne moitié du marché de l’emploi, ne sont souvent pas prises en compte comme réel facteur dans les grands débats d’actualité sur le travail en Belgique.

Les PME peuvent tirer l’économie et l’emploi vers le haut, mais elles restent victimes d’un grand manque de visibilité.

Rien qu'en 2016 par exemple, nous avons déjà engagé douze nouvelles personnes, et comptons encore en accueillir dix d’ici la fin de l’année, dont certaines d’entre elles ont été victimes de fermeture de grands groupes. Beaucoup d’autres travailleurs trouveront ou retrouveront également du travail au sein de PME locales.

Les personnes à la recherche d’un emploi n’ont pas spécialement le réflexe de se tourner vers des PME, plus petites, mais pourtant tout aussi solides et attractives, ce qui crée un paradoxe structurel : d’un côté, des travailleurs qui ont des difficultés à trouver un emploi adapté à leur profil, de l’autre : des PME en manque de talents pour remplir les fonctions disponibles au sein de leur structure.

Mais pourquoi ne pense-t-on pas aux PME ? Deux facteurs sont en cause : un manque de reconnaissance dans la perception générale du rôle essentiel des PME en Belgique en termes d‘emploi d’une part, et un manque de visibilité individuelle des PME de l’autre.

Si un changement doit s’effectuer dans les mentalités, les petites entreprises elles-mêmes sont les premières à devoir travailler à ce problème pour gagner leur place dans l’imaginaire public et être reconnues comme la large base d’employeurs qu’elles sont.

Les PME doivent davantage revendiquer ce rôle pour que les talents se tournent plus naturellement vers elles, en particulier à l’heure actuelle, quand on a besoin d’elles. Cela passe par une définition claire pour les PME de leur culture d’entreprise et de leur stratégie de communication, dont l’importance est souvent sous-estimée, ainsi que par la création (ou le renforcement) d’une stratégie digitale forte afin de les rendre plus accessibles au public, d’augmenter leur visibilité, mais aussi de diffuser leurs valeurs et de communiquer facilement leurs résultats.

Les PME sont l’épine dorsale de l’économie belge, elles ont le pouvoir de tirer l’emploi vers le haut, mais elles ne peuvent pas jouer leur rôle si elles ne l’assument pas pleinement, et visiblement. Dans un contexte difficile, il est de leur devoir de rappeler à la Belgique qu’elles restent une force, si parfois trop silencieuse, en tout cas fiable pour l’économie.

* Nicolas Van Lierde
Co-fondateur de VisiYou

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content