carte blanche

L'Europe doit prendre en main sa propre sécurité

Stéphanie Heng

Dans un contexte sécuritaire marqué par la menace terroriste, mais aussi des menaces au sud (immigration, instabilité…) et à l’est de l’Europe (résurgence de la puissance russe), il apparaît intéressant de s’arrêter un instant sur l’importance, voire la nécessité, pour l’Europe de prendre davantage en main sa propre sécurité.

©RV DOC

Par Stephanie Heng
Politologue franco-belge et experte en communication

Afin de mieux comprendre la problématique, faisons tout d’abord un tour d’horizon des récentes initiatives européennes de défense et de leur contexte. Depuis la diffusion de la stratégie globale de l’Union européenne (UEGS) en 2016, elles se sont multipliées avec (dans l’ordre chronologique) le lancement de la Revue annuelle coordonnée en matière de défense (CARD), la création de la MPCC (Military Planning and Conduct Capability), la Coopération Structurée Permanente (CSP), et devraient encore se multiplier dans le cadre financier pluriannuel 2021-2027, avec l’enveloppe mobilité militaire du règlement MIE (Mécanisme pour l’Interconnexion de l’Europe) ou encore le Fonds Européen de Défense (FED), ainsi que la " Facilité Européenne pour la Paix " (FEP).

Penchons-nous sur ces deux dernières initiatives.

Un financement communautaire est dorénavant disponible en matière de défense : un fonds européen de défense (FED) de 13 milliards d’euro est en effet prévu pour la période 2021-2027, afin de favoriser la recherche et développement de capacité en matière de défense.

Décloisonnement

La Commission européenne et Federica Mogherini, la Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, ont par ailleurs proposé il y a quelques mois la création d’un nouveau mécanisme de financement appelé " Facilité Européenne pour la paix " (FEP). La FEP devrait permettre de couvrir le financement des coûts communs d’opérations et de missions militaires de l’Union européenne (UE). Un avantage de la FEP serait de décloisonner géographiquement les instruments existants.

L’Union devrait être en mesure non seulement de renforcer les capacités de ses partenaires à faire face aux crises, mais également de prévenir les conflits. Elle pourra par conséquent promouvoir la stabilité de manière autonome. Mais pourquoi l’Europe doit-elle envisager d’assurer sa propre sécurité ?

Tant le Président française Emmanuel Macron que la Chancelière allemande Angela Merkel l’ont dit, encore récemment : l’Europe doit progressivement bâtir une défense autonome. L’existence d’intérêts exclusivement européens est un des éléments permettant d’expliquer cette prise de conscience et la nécessité pour les pays concernés de prendre davantage leurs responsabilités.

Le président français s’est encore exprimé récemment sur CNN en plaidant également pour un " meilleur partage du fardeau " financier de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN). Dans ce contexte, un probable Brexit permettrait également aux nations de l’UE, membres de l’OTAN, d’envisager, de manière plus concrète et plus avancée, des développements vers davantage d’autonomie stratégique.

EU versus OTAN

L’autonomie stratégique européenne est encore loin d’être actée. Certains pays, dont la France, poussent cependant cette approche. Mais la France reste aujourd’hui relativement isolée, mal comprise et parfois critiquée en la matière, notamment par les Etats-Unis.

©BELGA

Du côté américain, une situation paradoxale apparaît entre une volonté de voir l’Europe faire davantage pour sa propre défense (logique du Defense Investment Pledge) et un rejet de toute tentative d’émancipation du cadre de l’OTAN.

Alors que l'OTAN va bientôt fêter ses 70 ans, l'Europe de la défense va nécessairement prendre du temps. Il est en revanche important que les Etats européens se dotent, sans attendre, de moyens tant budgétaires que matériels, ainsi que d’une culture stratégique et opérationnelle pour assurer leur propre sécurité, et cela aux côtés des Etats-Unis et de l’Alliance Atlantique.

Un réveil capacitaire et opérationnel des Etats européens est souhaitable et nécessaire. Ce n’est qu’à cette condition que pourra naître une capacité crédible à se protéger des menaces citées plus haut, et donc une Europe de la défense, pilier essentiel de l’OTAN.

Les avancées de l’UE en terme de vision " défense " sont certes relativement récentes mais elles vont dans le bon sens. Il est par conséquent souhaitable que l’UE et l’OTAN avancent de concert, selon des règles simples de non-duplication et de complémentarité.

Lire également

Echo Connect