La flandrisation de la Wallonie

La Wallonie affiche d’excellents résultats dans le domaine environnemental et il serait particulièrement dommage qu’elle se « flandérise » sur ce plan. ©ANTHONY DEHEZ/BELGAPLUS

La Flandre a aujourd’hui tendance à adopter les mauvaises habitudes des Wallons, alors que ce dont nous avons surtout besoin, c’est de "flandriser" la Wallonie. Une carte blanche de Geert Noels.

©Photo News

Par Geert Noels
Econopolis

La Belgique reste un pays doté de deux économies séparées. S’il existe une convergence, c’est plutôt que la Flandre a aujourd’hui tendance à adopter les mauvaises habitudes des Wallons: davantage d’interventions des pouvoirs publics, détérioration de la qualité de l’enseignement, jalousie envers ceux qui réussissent, et moins de prises de risque de la part des entrepreneurs et des travailleurs.

Alors que ce dont nous avons surtout besoin, c’est de "flandriser" la Wallonie, en créant des emplois dans le secteur privé, en améliorant la qualité de l’enseignement et en réduisant l’immixtion des pouvoirs publics dans le privé. Sinon, les deux modèles économiques pourraient à terme entrer en conflit.

Rébellion et tabou

Lorsque j’ai commencé ma carrière d’économiste en 1990, publier les chiffres régionaux du chômage était considéré comme un acte de rébellion. Ces données existaient, vous pouviez les trouver – moyennant quelques contacts et recherches (internet n’existait pas encore) – mais leur publication relevait du tabou.

En fait, la mentalité est en train de changer en Wallonie. On pourrait même qualifier ce mouvement de "flandrisation".

Mes premières publications sur ces chiffres ont provoqué de l’agacement dans certaines institutions comme la Banque Nationale. Heureusement, les temps ont changé et les économistes sont aujourd’hui libres de publier chiffres et statistiques sans risquer d’être foudroyés. Il demeure dangereux d’exprimer son opinion, mais la publication des faits est désormais acceptée. C’est pourquoi ce fut un soulagement de voir le ministre-président wallon publier en toute transparence le bilan complet – parfois positif, souvent difficile – de l’économie wallonne. Le débat peut donc être lancé ouvertement.

Récemment, Philippe Destatte, ancien chef de Cabinet d’un ministre PS et aujourd’hui directeur du centre de recherche et think-tank "Jules Destrée", déclarait dans ce journal que malgré les milliards d’investissement et les nombreux plans de relance, les choses n’allaient pas mieux en Wallonie. "La Wallonie réussit à garder la tête hors de l’eau grâce aux transferts d’argent d’Europe et de Flandre."

Sa plaidoirie se lit comme un menu qui aurait été écrit il y a dix ans par le VOKA (Organisation patronale flamande représentant 65% de l’emploi privé en Flandre): plus d’emplois dans le privé, augmentation de la productivité, et meilleur équilibre entre les secteurs privé et public. Destatte: "Il faut encourager les jeunes qui sont à la recherche d’un emploi à entrer dans le monde des entreprises". En fait, la mentalité est en train de changer en Wallonie. On pourrait même qualifier ce mouvement de "flandrisation".

Chaînon manquant

©Belgaimage

Le chaînon manquant dans ce plan est l’amélioration de la qualité de l’enseignement, qui laisse clairement à désirer en Wallonie: les résultats wallons au PISA sont très en dessous de la moyenne de la zone euro et le fossé par rapport à la Flandre est très profond.

Le problème d’une réforme de l’enseignement, c’est qu’il faut du temps – c’est-à-dire entre 12 et 18 ans, soit une génération complète d’élèves – avant que les effets soient visibles. Ce n’est cependant pas une raison suffisante pour ne pas s’y atteler immédiatement.transfert

Si la Wallonie veut se "flandriser", elle devra aussi encourager l’esprit d’entreprise et accepter que les personnes qui réussissent deviendront peut-être riches.

Si la Wallonie veut se "flandriser", elle devra aussi encourager l’esprit d’entreprise et accepter que les personnes qui réussissent deviendront peut-être riches. Le courant politique actuel et l’émergence du PTB ne sont pas le meilleur terreau pour faire germer une mentalité de gagnant.

Peut-être les transferts européens et flamands sont-ils la pire chose qui soit arrivée à la Wallonie au cours des dix dernières années. Nous voyons en Flandre que ce n’est pas grâce aux subventions et aux fonds publics que le Limbourg a réussi à se reconvertir à la fin de la désindustrialisation, mais à l’esprit d’entreprise et aux initiatives de la base.

Je ne crois pas aux plans Marshall qui mobilisent des fonds importants, et aux structures faîtières dont les sièges sont occupés par des politiciens et des organisations de la société civile, car ils ont tendance à promouvoir le statu quo et ne sont pas suffisamment en phase avec les activités qui forgeront notre avenir. Laissez éclore des milliers de fleurs au lieu de piloter l’économie par la destruction créatrice!

Le potentiel de croissance de la Wallonie est énorme. Or, le PIB per capita se situe aujourd’hui au niveau de celui de la Flandre il y a 14 ans! Avec 32% de la population belge, la Wallonie produit 23% du PIB national, et son taux d’emploi ne dépasse pas 63%, par comparaison à la moyenne européenne de 72,2% et aux 73% de la Flandre.

La Flandre par exemple est en pénurie d’informaticiens que la Wallonie pourrait lui fournir, car il s’agit de formations et de recyclages pouvant donner des résultats rapides.

Avec la pénurie actuelle de travailleurs, le moment est idéal pour amorcer un véritable changement. La Flandre, par exemple, est en pénurie d’informaticiens que la Wallonie pourrait lui fournir, car il s’agit de formations et de recyclages pouvant donner des résultats rapides. Cette semaine, le VDAB (Équivalent flamand du Forem (Wallonie) et d’Actiris (Bruxelles), NDLR) a annoncé qu’il comptait former du personnel au Maroc. Pourquoi ne collaborerait-il pas plutôt avec ses confrères francophones? Peut-être cela se fait-il déjà sous d’autres formes, mais ces initiatives pourraient certainement passer à la vitesse supérieure.

Par contre, la Wallonie affiche d’excellents résultats dans le domaine environnemental et il serait particulièrement dommage qu’elle se "flandérise" sur ce plan. Aujourd’hui, des voix s’élèvent pour que la Wallonie s’ouvre davantage. Dans ce domaine, la Wallonie devrait prendre exemple sur la Suisse et les Pays-Bas plutôt que sur la Flandre, car en s’inspirant du (dés) aménagement du territoire flamand, elle franchirait une étape dans la mauvaise direction.

Le sud du pays doit protéger ses beautés naturelles, et conserver ses villages et ses villes où il fait bon vivre et travailler. Avec les embouteillages structurels en Flandre, la Wallonie peut d’ailleurs se transformer en une fantastique base arrière. Les impôts devraient encourager et non pas décourager les citoyens à prendre des initiatives.

Si un vent nouveau se met à souffler en Wallonie, elle pourrait se développer au rythme de 3% par an pendant au moins dix ans.

Un cercle vertueux serait ainsi amorcé. Car oui, si ce vent nouveau se met à souffler en Wallonie, elle pourrait se développer au rythme de 3% par an pendant au moins dix ans. Quel est le parti politique qui osera reprendre cet objectif dans son programme pour les élections de mai prochain, au lieu de se contenter de courir derrière le PTB?

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect