carte blanche

Alibaba en Wallonie: tout le monde devrait s'en réjouir

La Wallonie change et progresse, sur des fondations qui se solidifient. Ce qui est frappant, c’est que cela ne semble pas réjouir tout le monde. Comme quand Alibaba annonce son arrivée en Wallonie...

©Photo News

Par Olivier de WASSEIGE
Administrateur délégué Union Wallonne des Entreprises (UWE)

Ces derniers jours, beaucoup d’encre a coulé au sujet de l’arrivée d’Alibaba en Wallonie. La logique serait que tous les acteurs de l’économie wallonne s’en réjouissent. En effet, de nombreux emplois directs et indirects vont être créés.

Premièrement dans les entreprises qui interviendront dans la phase d’installation (construction des entrepôts, routes, bureaux, etc), mais aussi chez les sous-traitants et fournisseurs qui vendront à Alibaba des services " business " (transporteurs, logisticiens, …) ou " de support " (sociétés de gardiennage, de nettoyage, …). On a lu de nombreux témoignages d’entre eux, qui essaient actuellement de se positionner comme partenaires potentiels.

Deuxièmement, plusieurs sociétés locales (logistique, dédouanement, etc), bénéficient déjà de l’effet d’attraction que génère l’arrivée d’Alibaba chez d’autres prestataires d’e-commerce chinois, qui découvrent l’intérêt d’un positionnement dans cette zone logistique importante.

La Wallonie a besoin d’exporter plus, et plus loin qu’en Europe, et une porte s’ouvre vers un immense marché, en profitant des infrastructures logistiques et des moyens de transport qui ne retourneront pas à vide vers l’Extrême-Orient.
Olivier de Wasseige
Administrateur délégué de l'Union wallonne des Entreprises (UWE)

Troisièmement, de nombreuses entreprises wallonnes bénéficieront de l’infrastructure d’Alibaba, qui vient peut-être les concurrencer sur leur propre territoire, mais leur ouvre une voie royale, aérienne et ferroviaire, services compris, vers environ 1,5 milliard de consommateurs potentiels ! Presque 50% des exportations wallonnes se font vers les trois grands pays limitrophes (France, Allemagne, Pays-Bas), et 80% en Europe. Soit sur un marché limité. La Wallonie a besoin d’exporter plus, et plus loin qu’en Europe, et une porte s’ouvre vers un immense marché, en profitant des infrastructures logistiques et des moyens de transport qui ne retourneront à vide vers l’Extrême-Orient. Alternativement, certaines entreprises wallonnes pourront dorénavant essayer de faire référencer tout ou partie de leur catalogue de produits sur la plateforme web d’Alibaba, plutôt que de gérer leur propre plateforme web.

Effet structurant

©REUTERS

C’est donc tout un écosystème autour de l’export, l’e-commerce et la logistique, qui sera boosté par l’arrivée d’Alibaba, avec un effet structurant sur le tissu économique wallon, créateur de valeur ajoutée pour de nombreuses entreprises, mais aussi et surtout d’emplois dans ces entreprises partenaires ou clientes, outre les emplois créés par Alibaba elle-même.

L’Union Wallonne des Entreprises recommande depuis longtemps des politiques économiques favorisant le développement d’écosystèmes qui fédèrent des entreprises et leurs partenaires (sous-traitants, centres de recherche, …), atteignent la masse critique en termes de compétences et emplois sectoriels, et renforcent de la sorte leur visibilité dans le radar des clients et des investisseurs étrangers. Alibaba est le deuxième dossier récent de ce type, après l’arrivée de Thunder Power à Charleroi, et le développement potentiel d’un cluster autour de la voiture électrique.

Il y a donc lieu de s’en réjouir, car cela montre que l’économie wallonne est dans une spirale positive, autour d’une dynamique nouvelle, où l’on accepte de tourner la page de certains actifs du passé, de changer de paradigme, d’oser miser sur des secteurs nouveaux, innovants, disruptifs. La Wallonie change et progresse, sur des fondations qui se solidifient.

214.000 demandeurs d’emplois !

Ce qui est frappant, c’est que cela ne semble pas réjouir tout le monde. S’il est normal que certaines associations locales posent des questions au sujet des nuisances sonores, comment comprendre les premières réactions syndicales, qui se sont juste inquiétées de la précarité à long terme des emplois chez Alibaba, et de la Commission Paritaire à laquelle le personnel sera rattaché ? Quel paradoxe, alors que notre but à tous, organisations patronales et syndicales, à côté de défendre les intérêts de ceux que nous représentons, devrait être de tout faire pour (re)mettre au travail un maximum de nos 214.000 demandeurs d’emploi wallons !

45%
.
45% des demandeurs d'emplois wallons ne disposent pas d’un diplôme de l’enseignement secondaire du 3ème degré.

Et le comble n’est-il pas que certains critiquent la qualité des emplois qui y seront créés, en majorité pour des personnes avec peu de qualifications ? Dans le cadre de l’attrait d’investisseurs, la Wallonie ne doit-elle pas aussi tenir compte des qualifications des demandeurs d’emploi ? Faut-il rappeler que 45% ne disposent pas d’un diplôme de l’enseignement secondaire du 3ème degré ? Il est certain que tout doit être mis en œuvre pour permettre aux demandeurs d’emploi de se former et d’acquérir plus de qualifications. Néanmoins des emplois resteront disponibles pour les non ou moins qualifiés, emplois offerts par des entreprises comme Alibaba. N’oublions pas que la Wallonie a un taux d’emploi nettement inférieur à ses voisins. Dès lors il nous faut plus d’emplois pour les hautement qualifiés et qualifiés, mais aussi plus d’emplois pour les non qualifiés. On peut donc voir d’un bon œil le large éventail des emplois proposés par les (nouvelles) entreprises se développant en Wallonie.

En conclusion, réjouissons-nous de toute initiative entrepreneuriale, créons un climat propice aux entreprises, donnons confiance aux entrepreneurs afin qu’ils ne craignent pas d’oser entreprendre et se développer. Le politique ne peut pas tout, c’est l’esprit collectif qui doit changer, le développement de la Wallonie passe par celui de ses entreprises, et d’une culture entrepreneuriale. Une région qui n’aime pas ses entreprises et ses entrepreneurs ne peut que s’appauvrir !

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content