chronique

Comment le travail peut devenir notre cocon de sécurité dans un monde agité

Quand notre travail rime avec certitude et sens, il y a moins de place dans notre tête pour les préoccupations de tous ordres.

Par Romina Longo
Managing Director chez Batenborch Interim Management

Ces dernières semaines et ces derniers mois, nous avons été submergés par une actualité de protestation. Les citoyens sont en colère. Ils exigent un air plus propre, comme l’a montré la plus grande marche pour le climat jamais organisée en Belgique, à travers les rues de Bruxelles.

Les burn-out et les conséquences de la course folle, tant au niveau professionnel qua familial, deviennent douloureusement visibles.

Les incertitudes décisionnelles en matière migratoire rendent le débat brûlant, tant à la rue de la loi qu’à un échelon plus décentralisé, au sein même de la population. De leur côté, les gilets jaunes tirent bruyamment la sonnette d’alarme en raison des prix (des carburants) élevés et de la pression qui se fait sentir sur le pouvoir d’achat. Les burn-out et les conséquences de la course folle, tant au niveau professionnel que familial, deviennent douloureusement visibles.

La misère du monde nous prend à la gorge, parfois minute après minute par le biais des notifications que nous recevons des médias sociaux, parfois aussi sous la forme de manipulations méticuleuses, sous la forme de fake news. Partout, des caméras de sécurité épient nos moindres faits et gestes, et nous acceptons que des cookies grignotent ce qui reste de notre vie privée. Tant d’incertitudes. C’est comme si le sol se dérobait sous nos pieds.

Contrepoids aux incertitudes

Existe-t-il une solution miracle pour infléchir cette tendance?

Personnellement, je la vois dans un domaine de la vie où on ne l’attend sans doute pas. Je suis convaincue qu’avoir davantage de certitudes sur le plan professionnel offre un contrepoids digne de ce nom à ces nuages sombres et inquiétudes.

Depuis cette année, les travailleurs plus âgés ayant décidé de ralentir sont autorisés à prester moins d’heures. Ils peuvent opter pour une charge de travail allégée, par exemple en consacrant du temps de travail à des séances de coaching et au transfert de leur savoir-faire accumulé tout au long de leur carrière.

Quand de jeunes travailleurs reçoivent la chance de travailler de façon autonome, ils cherchent automatiquement des manières de faire encore mieux leur travail.

Ces travailleurs seniors peuvent donc, avec moins d’efforts, obtenir un niveau de satisfaction professionnelle équivalent. Et ils peuvent ainsi travailler plus longtemps dans l’épanouissement.

Lorsque nous organisons l’atterrissage des aînées, il faut également veiller au décollage des plus jeunes. Cela passer par de bonnes conditions de travail, mais également en faisant confiance dans leurs capacités et en encourageant leur autonomie.

Quand de jeunes travailleurs reçoivent la chance de travailler de façon autonome, ils cherchent automatiquement des manières de faire encore mieux leur travail. Et cette implication personnelle génère également une satisfaction accrue.

Qu’il s’agisse des jeunes débutants, des travailleurs âgés, des indépendants, des fonctionnaires ou des intérimaires, en 2019, la culture d’entreprise doit poursuivre son évolution en direction de l’autonomie au travail. Nous devons nous détourner de la dépendance et de l’expectative où nous maintiennent les "anciennes" structures comme l’école, les pouvoirs publics, les employeurs… et oser prendre notre sort en main. Celles et ceux qui croient en leur force dégagent cette aura partout où ils vont, au travail comme ailleurs.

Cocon de sécurité

Lorsque le travail offre un cocon de sécurité, de clarté et de transparence, notre lieu de travail devient un contrepoids face à ce monde où règnent le tumulte et l’incertitude.

Il incombe donc aux managers prévoyants et empathiques de créer et d’offrir un cadre de flexibilité au travail. En effet, les prestations des collaborateurs qui se sentent bien et respectés sont meilleures. Lorsque le travail offre un cocon de sécurité, de clarté et de transparence, notre lieu de travail devient un contrepoids face à ce monde où règnent le tumulte et l’incertitude.

Les entreprises font de plus en plus souvent appel à des managers intérimaires. Ceux-ci agissent comme des conseilleurs extérieurs et objectifs, désireux de mettre en œuvre cette nouvelle manière de travailler, ainsi que la satisfaction et la certitude professionnelle qui en découlent.

Ce nouveau cercle vertueux – optimism is a moral duty – introduit ainsi un progrès social novateur: plus de bien-être au travail génère plus de bonheur, et ce surcroît de bonheur entraîne davantage de bien-être à l’extérieur de la sphère professionnelle, en famille, à l’école, au club sportif, dans la société…

Quand notre travail rime avec certitude et sens, il y a moins de place dans notre tête pour les préoccupations de tous ordres.

Lire également

Messages sponsorisés