Et si on faisait de Bruxelles une smart city?

Entre les travaux interminables, les 41 heures par an passées en moyenne dans les bouchons, la mise en place de zones piétonnes sans réflexion globale et le manque d’une vision claire, il est plus que temps de revoir à la hausse les ambitions de notre capitale, selon Olivier Colin. ©Photo News

Amsterdam, Barcelone, Copenhague,… autant de villes nettement plus avancées que Bruxelles en matière de ville intelligente.

Olivier Colin
Ingénieur de gestion et économiste

Le projet danois "The Copenhagen Wheel" permet aux cyclistes d’équiper leurs roues de senseurs capables de mesurer des données de pollution sonore, de congestion ou de conditions de circulation! Ces données sont récoltées de manière anonyme par la ville et permettent d’orienter les politiques environnementales ou de mobilité. La ville d’Amsterdam a quant à elle mis en place un système de limitation de vitesse évolutive selon les conditions de circulation via des panneaux lumineux qui guident les automobilistes, l’utilisation de caméras et la collecte de données. Le système aurait permis de diminuer de moitié les embouteillages et de réduire les émissions de CO2 de 15%. Les feux de signalisation sont commandés par logiciel, permettant de les adapter en fonction du trafic, certains parkings sont équipés de capteurs indiquant les places libres,…

Faisons en sorte de donner à Bruxelles de nouvelles ambitions basées sur des principes fondamentaux: la transparence, l’efficacité et la créativité.
Olivier Colin

Bruxelles, pourtant capitale de l’Europe, est malheureusement très loin de pouvoir prétendre à de tels résultats. Entre les travaux interminables, les 41 heures par an passées en moyenne dans les bouchons, la mise en place de zones piétonnes sans réflexion globale et le manque d’une vision claire, il est plus que temps de revoir à la hausse les ambitions de notre capitale! Examinons quelques pistes de solutions.

Bruxelles, porte-drapeau belge de la 5G?

En 2020, la Commission européenne demande que chaque État membre dispose d’une ville équipée de la technologie 5G, 100 fois plus rapide que la 4G et indispensable au développement d’une société intelligente. Pourrait-on imaginer que la capitale de l’Europe n’en fasse pas partie?

Notre ville doit être capable de trouver une solution permettant à la fois de préserver la santé des Bruxellois et d’encourager les investissements privés et les nouvelles applications technologiques qui permettront d’améliorer le quotidien des habitants.
Olivier Colin

C’est pourtant la direction que l’on prend. Préserver la santé des habitants doit être une priorité, mais les normes d’émission à Bruxelles sont les plus strictes du monde, 50 fois supérieures aux normes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et ne permettent déjà pas un déploiement optimal de la 4G.

Notre ville doit être capable de trouver une solution permettant à la fois de préserver la santé des Bruxellois et d’encourager les investissements privés et les nouvelles applications technologiques qui permettront d’améliorer le quotidien des habitants (internet des objets, e-santé,…).

Jardiner sur le toit de son immeuble, le modèle de demain?

De nombreuses initiatives doivent être développées et soutenues: à l’image de la "Ferme Abattoir" à Anderlecht, l’agriculture verticale, qui utilise des capteurs et des systèmes hydroponiques, peut constituer une réponse aux défis démographiques, aux problèmes de santé et renforcer la consommation de produits locaux. Jardiner sur le toit de son immeuble, c’est peut-être le modèle de demain?

Plus que jamais en matière de Smart City, une réflexion globale incluant l’aménagement du territoire, la mobilité, l’énergie, la santé ou encore la politique fiscale est nécessaire.
Olivier Colin

En matière de gestion des déchets, pourquoi ne pas mettre en place un système de collecte intelligente et différenciée, équiper les nouveaux immeubles de systèmes de collecte intégrés, instaurer des zones de containers publics enterrés ou semi-enterrés? Enfin, niveau mobilité, les exemples hollandais et danois ne mériteraient-ils pas d’être mieux étudiés?

Privilégier une approche holistique

Des initiatives intéressantes existent déjà à Bruxelles: Fix My Street, Brussels Garden, la plateforme Brussels Smart Mobility pour n’en citer que quelques-unes… mais sans aucune coordination et vision globale.

Plus que jamais en matière de smart city, une réflexion globale incluant l’aménagement du territoire, la mobilité, l’énergie, la santé ou encore la politique fiscale est nécessaire. Bruxelles a besoin d’une vision claire et coordonnée. L’approche holistique implique une réflexion sur l’organisation institutionnelle bruxelloise et un débat sur les frontières.

Lorsqu’on voit qu’encore aujourd’hui, un citoyen peut recevoir une redevance parce qu’il a pris son ticket de parking de l’autre côté de la rue qui, sans le savoir, se situe sur une autre commune, on comprend que notre ville a du retard à rattraper sur ses voisines. Faisons en sorte de donner à Bruxelles de nouvelles ambitions basées sur des principes fondamentaux: la transparence, l’efficacité et la créativité.

"Les smart cities: quelles perspectives en Belgique?" - Les études du centre Jean Gol, Amaury De Saint Martin, 2016.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content