tribune

Fonctionnaire, job de rêve

Soucieux de booster l’envie de servir l’intérêt général, le Groupe du Vendredi formule 30 propositions concrètes pour rendre l’administration publique plus attractive, plus dynamique, et plus efficace.

Avez-vous déjà travaillé dans la fonction publique? Y avez-vous déjà pensé? Peut-être vous dites-vous que le mot "fonctionnaire" sur votre page LinkedIn ne risque pas d’augmenter votre popularité? La plupart des auteurs cette carte blanche, se sont essayé à une carrière de fonctionnaire, en Belgique ou à l’étranger. Dans l’ensemble, nous avons trouvé ce travail fascinant. Les défis, souvent au cœur de l’actualité, sont intéressants, et les collègues, pour la plupart, animés par l’envie de servir l’intérêt général.

Où sont les jeunes?

Bien sûr, il y a des hics. Les procédures de sélection sont chronophages et lourdes pour les candidats. Les collègues sont parfois trop confortablement installés dans une chaise de bureau, d’où on ne les délogera jamais. Les processus de travail peuvent se révéler kafkaïens. Et puis surtout, il n’y a pas beaucoup de jeunes fonctionnaires.

Les jeunes générations veulent de plus en plus aligner leurs objectifs professionnels avec leurs préoccupations sociales et environnementales.

En juillet 2021, la ministre de Sutter a annoncé qu’elle comptait faire de l’administration publique fédérale un employeur de choix. Ambitieux, mais pas impossible en ce qui concerne les jeunes travailleurs. En effet, les jeunes générations veulent de plus en plus aligner leurs objectifs professionnels avec leurs préoccupations sociales et environnementales. En cela, l’administration publique a au moins un atout majeur: le bien commun, c’est son "core business". 

Mais sur bien d’autres points, les obstacles abondent: des politiques de gestion rigides, des trajectoires professionnelles peu dynamiques, ou encore la méfiance persistante entre l’administration publique et les sphères politiques. Ces aspects contribuent à démotiver les fonctionnaires actuels et à décourager les fonctionnaires potentiels. Cela est d’autant plus problématique que le service public belge vieillit rapidement. Avec une moyenne d’âge plus élevée que celle de la population active, et continuant de sensiblement augmenter, l’administration publique devra faire face à de nombreux de départ à la retraite dans les prochaines années. Dans son recrutement, l’administration publique est par ailleurs déjà confrontée à la concurrence du secteur privé.

Des propositions concrètes

Forts de nos expériences personnelles, en tant que jeunes fonctionnaires en Belgique et ailleurs, et sous le regard parfois dubitatif de nos pairs travaillant dans le secteur privé, nous nous sommes penchés sur la question. Avec le Groupe du Vendredi, nous avons formulé 30 propositions concrètes pour rendre l’administration publique plus attractive, plus dynamique, et plus efficace.

Nous proposons de créer un incubateur de jeunes talents au sein de l’administration et de lancer un "Stage National" d’un an pour les étudiants en fin de cycle.

Parmi nos propositions phares: la création d’un incubateur de jeunes talents au sein de l’administration, le lancement d’un "Stage National" d’un an pour les étudiants en fin de cycle, l’amélioration de la mobilité des fonctionnaires au niveau national, mais aussi international, l’organisation de l’octroi d’un label "diversité" parmi les différents organes de l’administration, en combinaison avec une meilleure collecte de données sur la diversité, ou encore la mise sur pied d’un laboratoire d’innovation, au sein de NIDO, afin d’encourager les "intrapreneurs", ces innovateurs qui font bouger les choses au sein même de leur organisation.

Nous proposons aussi des recommandations plus pointues, à savoir: une refonte des titres de travail (qui a envie de passer 30 avec le même titre de poste?), une réforme des évaluations professionnelles pour encourager le "feedback 360°", l’abandon de la parité linguistique dans les postes les plus élevés au profit de l’encouragement du bilinguisme ainsi que l’introduction d’une petite partie de salaire variable, basée sur les performances.

L’administration, pour quoi faire?

Si nous espérons faire évoluer les pratiques au sein de l’administration publique belge, c’est parce que nous sommes persuadés qu’être fonctionnaire, cela peut vraiment être un job de rêve. Mais au-delà de l’intérêt pour nos propres carrières, c’est aussi une question d’intérêt commun.  

La mise en place de la transition énergétique ou digitale demandera une administration forte et innovante, à la hauteur des défis qui l’attendent.

L’administration joue un rôle crucial dans la conception et l’exécution de politiques publiques efficaces, rôle qui tend à être renforcé en période de crise. Si la pandémie actuelle ne fait pas exception, elle toutefois loin d’être la seule ou dernière situation exceptionnelle à laquelle la Belgique sera confrontée au cours des prochaines décennies. La mise en place de la transition énergétique par exemple, ou digitale, demandera une administration forte et innovante, à la hauteur des défis qui l’attendent.

Peu d’enfants se disent qu’ils deviendront fonctionnaires quand ils seront grands. Nos propositions espèrent changer cela. Les défis à relever au sein de l’administration sont passionnants. Un jour peut-être, une majorité d’enfants se diront qu’être fonctionnaire, c’est leur job de rêve.

Le rapport "Fonctionnaire, job de rêve" est disponible sur le site du Groupe du Vendredi, à partir du 22 novembre 2021.

Adil El Madani, économiste et membre du Groupe du Vendredi.

Elise Goossens, chargée de cours en droit privé à la VUB et membre du Groupe du Vendredi.

Thibault Viaene, juriste et membre du Groupe du Vendredi.

Magali Van Coppenolle, économiste et présidente du Groupe du Vendredi.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés