L'appel de la démocratie à l'ère Trump

Trump vient de rentrer d’une visite officielle au Japon, où il a été somptueusement accueilli, avec tapis rouge et spectacles de sumo. ©EPA

On parle beaucoup de l’effondrement imminent de la démocratie. Mais de nombreuses inquiétudes quant à son avenir visent le durcissement des positions internationales envers Trump et les Etats-Unis.

Par Ian Bremmer
Fondateur et président du Conseil d'administration de l'Eurasia Group et auteur

On parle beaucoup de l’effondrement imminent de la démocratie. La progression continue de la Chine, l’émergence d’hommes forts (et candidats hommes forts) dans des démocraties comme l’Inde, la Turquie, le Brésil et bien d’autres, et le succès croissant du populisme illibéral sous diverses formes, pourraient laisser croire que la démocratie est en déclin. Mais de nombreuses inquiétudes quant à son avenir visent le durcissement des positions internationales envers Trump et les Etats-Unis.

Pourtant, un examen plus attentif de ces attitudes dans différents pays révèle des résultats surprenants. Comparons par exemple l’opinion publique au Japon et en Chine. Trump vient de rentrer d’une visite officielle au Japon, où il a été somptueusement accueilli, avec tapis rouge, spectacles de sumo, et l’honneur d’être le premier chef d’État à rencontrer le nouvel empereur. Au même moment, les Etats-Unis et la Chine sont engagés dans une véritable guerre commerciale.

Le PCC continue de refuser aux Chinois les droits et libertés considérés comme sacro-saints au Japon et dans les autres démocraties.
Ian Bremmer

Les droits de douane américains sur l’équivalent de 200 milliards de dollars de marchandises chinoises entreront en vigueur ce mois-ci, et la Chine a riposté en mettant fin aux achats de soja américain. En représailles contre les mesures de répression américaines contre le géant chinois des télécoms Huawei, la Chine menace aujourd’hui de stopper les exportations de terres rares – un composant essentiel pour la fabrication de produits technologiques – vers les Etats-Unis.

Le Japon est une démocratie représentative et un allié des Etats-Unis. La Chine, au contraire, reste un état policier. Son président Xi Jinping continue à renforcer son pouvoir au sein du Parti communiste chinois (PCC), qui règne en maître sur la politique nationale. Les réformes économiques du PCC ont permis à des centaines de millions de Chinois de sortir de la pauvreté, certes, mais le parti continue de leur refuser les droits et libertés considérés comme sacro-saints au Japon et dans les autres démocraties.

75%
des Japonais
75% des personnes interrogées au Japon ont une opinion négative sur les "idées américaines de la démocratie".

Chine vs Japon

Quel est, de la Chine ou du Japon, le pays dont la population a la plus haute opinion des Etats-Unis et de son système politique? Une récente étude diligentée par l’Eurasia Group Foundation (EGF), une association sans but lucratif dont j’assure la présidence, révèle que 75% des personnes interrogées au Japon ont une opinion négative sur les "idées américaines de la démocratie". Une majorité de Japonais déclarent qu’ils souhaitent voir "leur système de gouvernement moins ressembler à celui des Etats-Unis" au cours des 20 prochaines années.

En Chine, par contre, 75% des personnes interrogées répondent: (1) qu’elles souhaitent que leur gouvernement s’inspire davantage de celui des Etats-Unis, (2) qu’elles ont une image positive des Etats-Unis, et (3) qu’elles ont une haute opinion des idées et de la démocratie américaines. Interrogés à propos des 15 pays dont ils estiment qu’ils disposent de la meilleure forme de gouvernement, les Chinois classent les Américains en deuxième place après leur propre pays. La forme américaine de gouvernement est près de deux fois aussi populaire que celle du Royaume-Uni et près de trois fois plus populaire que celle de France et de Russie.

Le Président chinois a beau imposer des tarifs douaniers sur les importations américaines, il n’en reste pas moins que la population chinoise aspire aux libertés politiques dont jouissent les citoyens américains.
Ian Bremmer

Quelle conclusion pouvons-nous en tirer? Que l’opinion publique envers un pays étranger n’est pas directement influencée par la politique étrangère de ce pays.

Le gouvernement japonais a beau être reconnaissant envers les Etats-Unis pour ses garanties de sécurité, cela n’a pas empêché les habitants de l’île japonaise d’Okinawa d’élire un maire qui a promis d’expulser les militaires américains de l’île. Le Président chinois a beau imposer des tarifs douaniers sur les importations américaines, il n’en reste pas moins que la population chinoise aspire aux libertés politiques dont jouissent les citoyens américains.

Le gouvernement chinois semble l’avoir bien compris. Et ne ménage pas ses efforts pour sensibiliser la population chinoise à la nécessité de ne rien céder dans cette bataille économique. La principale chaîne de télévision chinoise, CCTV-6, a commencé à diffuser des films sur la résistance contre ce que la Chine considère comme une agression américaine, y compris quelques-uns sur la guerre de Corée.

Il est probable que les efforts fournis par la Chine ne satisferont pas la demande des citoyens pour plus de liberté et de responsabilité publique dans leur pays.
Ian Bremmer

Une maison d’édition publique a récemment publié une série de discours de Mao datant de 1938 et prononcés en réaction à l’invasion japonaise que la Chine a repoussée après un conflit prolongé. Notre étude laisse penser que ces efforts pourraient changer l’attitude de la population envers les Etats-Unis, du moins dans les grandes lignes, mais il est probable qu’ils ne satisferont pas la demande des citoyens pour plus de liberté et de responsabilité publique dans leur pays.

Une saine réévaluation

La démocratie libérale fait face à son lot de défis, mais le rapport de l’EGF indique que les participants à l’enquête ont tendance à faire la différence entre les politiques du gouvernement de Trump et les principes de droits et libertés individuels garantis par la démocratie américaine. C’est particulièrement vrai en Asie. Les institutions qui soutiennent la démocratie – et les alliances qui la protègent – pourraient faire l’objet d’une saine réévaluation au Japon (et ailleurs). Et les populations pourraient voir leur situation s’améliorer si le modèle politique change radicalement en Chine (et ailleurs).

Mais l’aspiration naturelle des humains à la liberté individuelle, qui est la principale promesse de la démocratie libérale, vit sous différentes formes au sein de cultures politiques différentes. Les hommes forts du monde n’y pourront rien changer.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect