chronique

L'après-Covid va transformer les modèles d'entreprises

Managing Partner Sia Partners

La revue de la performance de l’organisation des entreprises mènera probablement à une accélération des projets en matière de dématérialisation, d’automatisation, de robotisation et de digital.

Dans l’urgence de la situation sanitaire, les entreprises de services se sont organisées pour massifier le travail à distance. Et l’enjeu est maintenant d’assurer la continuité de l’activité.

Marie Pietruszka et Jean Trzcinski

Sia Partners

La crise laissera un gout amer et mènera à une transformation accélérée des entreprises vers un modèle opérationnel plus décentralisé, plus digital, plus automatisé, qui de facto proposera une place différente pour l’être humain.

Pour les entreprises qui le pouvaient, certaines opérations ont été maintenues en dématérialisant les activités essentielles via le digital et le télétravail. Pour nombre d’autres, les activités ont dû s’arrêter, du fait de leur nature ou par manque de solutions digitales ou d’automatisation.

Dans tous les cas, les tâches nécessaires à la production des entreprises ont été mises à mal par le chamboulement de l’organisation. Les équipes sont confrontées à des ruptures de procédure et cherchent de nouveaux repères. Une partie des modèles organisationnels montre une dégradation de la performance.

Cependant, certaines activités ont réussi à s’adapter: les téléconsultations et les télédiagnostics dans les secteurs de l’assurance, des dépanneurs ou le monde médical ont dématérialisé l’activité tout en préservant la relation client et la valeur.

L’après-Covid apportera dans les entreprises son lot de questions. La revue de la performance de l’organisation en mode crise fera partie des pistes de réponse et mènera probablement à une accélération des projets en matière de dématérialisation, d’automatisation, de robotisation et de digital.

Ces constats nous amènent à considérer la gestion de projet comme la tactique à mettre en place pour transformer le modèle de l’entreprise post-Covid.

Un projet, trois chantiers

Pour intégrer les différentes dimensions du projet, sur base de l’analyse des impacts en mode crise, il est nécessaire de le fragmenter en chantiers:

  1. Identifier les pertes de valeurs générées par le mode dégradé vs "l’operating model" préexistant, afin de déployer la feuille de route des processus générant de la valeur commerciale.
  2. Construire les variantes du nouveau modèle: en définissant différents degrés de digitalisation, d’automatisation, de robotisation et en évaluant pour chacune la création de valeur, la réduction du risque et le coût de l’investissement.
  3. Réincarner la culture “hors-sol” de l’entreprise et redéfinir la place de l’être humain dans ce mode de fonctionnement: la raison d’être de l’entreprise persiste et ses valeurs doivent se décliner pour que chaque employé s’approprie le nouveau contexte de travail. 

Afin de mener ce projet de transformation d’entreprise, il convient de monitorer par activité:

  • Ses points de rupture actuels: à quelle étape l’activité s’est avérée ingérable sans intervention humaine, à quel moment on a détecté une perte de performance ?
  • Son degré de dématérialisation actuel: combien d’étapes sont effectuées sans déplacement ?

À comparer à:

  • Son potentiel de digitalisation et de dématérialisation: combien d’étapes peuvent être enrichies par des nouvelles technologies ou des nouveaux modes de travail ?
  • Son potentiel d’automatisation/robotisation: combien d’étapes peuvent-elles être complètement indépendantes de l’interaction humaine ?

Dès le retour des activités "as usual", les employeurs adapteront leur stratégie et incluront dans celle-ci des plans de performance. Cette réflexion stratégique doit se matérialiser dans l’accélération des projets technologiques. Les employés réclameront aussi des aménagements de leur mode de travail. Le tout implique que les entreprises muent fortement à la sortie de la crise.

Lire également

Messages sponsorisés