L'enfer, c'est les nôtres

©Sofie Van Hoof

L'humeur de Bruno Coppens

Le coronavirus n’est pas notre pandennemie. Il est notre ami puisqu’il nous permet de comprendre combien nous faisions fausse route jusqu’ici. Mais oui, mesdames, messieurs, on avait tout faux!

Vous croyiez mordicus en la sentence sartrienne " L’enfer, c’est les autres "? Mais pas du tout! L’enfer, c’est les nôtres. La vérité éclate aujourd’hui entre quatre murs. D’ailleurs, l’expression "nous formons une belle famille nucléaire" est perçue dorénavrant d’une manière plus… tchernobylesque, l’irradiation au fur et à mesure du confinement pouvant tout dévaster sur son passage. " Home fuite home! " Tiens, dites-moi, vous n’avez pas encore décroché le panneau " Sam suffit " sur votre belle façade? Quel sens affiné de la résilience, bravo!

On avait tout faux aussi par rapport aux GAFAM! Jusqu’il y a peu, cet acronyme s’affichait sous les traits d’une pieuvre aux tentacules diaboliques. C’était le péril majeur à combattre! Là, depuis le 1er jour de notre huis clos, on crie tous au sauveur! Chaque matin, je brûle des cierges et prie St Facebook, St Google! Plus une seule discussion sur les troubles liés à l’usage immodéré des écrans. Tiens, dites-moi, vous imaginez, une coupure internet?!? Mais tout bon père de famille deviendrait serial kinder sur le champ.

On avait tout faux aussi par rapport aux grands patrons. Ils ne sont pas du tout de gros égoïstes! Regardez en France le nombre d’usines qui se sont converties illico pour servir la nation. Des usines de vêtements fabriquent des masques et des tenues médicales! C’est vrai que les opérations de haute couture, les chirurgiens et fabricants de tissus, ça les connaît. J’attends d’ailleurs les prochaines fashion weeks à Paris, Berlin, Madrid sur les tendances printemps-été des FFP2.

Le coronavirus n’est pas notre pandennemie. Il est notre ami puisqu’il nous permet de comprendre combien nous faisions fausse route jusqu’ici.

Autre exemple, LVMH qui convertit ses points de production pour offrir gracieusement des tonnes de gel hydroalcoolique! Demain, à l’entrée des hôpitaux, vous trouverez l’avertissement "Ici, le silence est Dior ". Et aux Etats-Unis, l’immense General Motors façonne des milliers de respirateurs artificiels. Bon là, c’est un poil exagéré, il suffisait d’obliger GM à stopper la construction de ses Hummer pour que toute la planète respire enfin!

Mais bon, le climat, on verra demain, un drame à la fois. Tiens, dites-moi, mais alors chez nous, l’Etat pourrait forcer nos imprimeries à fabriquer du papier toilette afin de rassurer la population. Et la FN Herstal! N’est-ce pas le moment idéal pour convertir notre usine à l’éthique squelettique en fabrique à survivre? Donnons-lui un supplément d’âme en jetant les moules à douilles afin d’y multiplier les tests de dépistage. Le marché est planétaire!

Vous voyez, on avait tout faux. Alors remettons les compteurs, comme notre moral, à zéro et cheminons vers la vérité. Bref, soyons claustrophiles et entrons avec volupté dans cette période d’hibernation forcée. Oubliez l’obsolète " chacun pour soi et Dieu pour tous "  et adoptez le " chacun chez soi et pieu pour tous! "

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés