Publicité
Publicité

L'heure de la démondialisation a-t-elle sonné ?

©Photo News

Le monde (air connu) va changer de base. L’heure serait, paraît-il, à un retrait de la mondialisation. La pandémie de coronavirus serait là pour en attester...

Depuis que la crise du coronavirus a éclaté, les têtes de proue de la planète "alter" interpellent et pétitionnent à tout rompre. Le monde (air connu) va changer de base. L’heure serait, paraît-il, à un retrait de la mondialisation. Et sur fond d’interrogations plus ou moins heureuses au sujet de la croissance, la nécessité d’un retour au local est proclamée urbi et orbi. À la base de cette prise de conscience, nos amis "alters" évoquent un éclatement excessif des chaînes de valeur et des lignes de production. La pandémie de coronavirus serait là pour en attester.

Xavier Dupret

Economiste à la Fondation Jacquemotte

Les grands récits ne s’embarrassent guère de nuances au risque parfois de sombrer dans l’incohérence. Il est, par exemple, loisible à tout un chacun de dénoncer l’emprise, au demeurant, bien réelle, des Gafa sur nos existences. Cependant, se cantonner au seul registre de la protestation s’avère fort léger. En effet, pour damer le pion aux géants de la Silicon Valley, il faudra bien miser sur l’émergence de champions européens qui devront forcément agir en global players.

"On peut gager que les habitudes prises à l’occasion du confinement ne disparaîtront pas toutes comme par enchantement."
Xavier Dupret
Economiste à la Fondation Jacquemotte

De même, on peut gager que les habitudes prises à l’occasion du confinement ne disparaîtront pas toutes comme par enchantement. Aussi, est-il probable que le télétravail se généralise à l’avenir. Ce mode d’engagement professionnel sera d’ailleurs favorisé par les impressionnants taux de sous-emploi des économies européennes. La peur de perdre son job incitera, en effet, chaque employé à porter davantage encore les missions de son organisation, y compris à la maison. Le coltan et le tantale des mines du Congo RDC seront donc, n’en déplaise aux tenants de la primauté du local, de la plus grande utilité pour les projets d’émancipation à l’égard de la discipline de bureau, projets que chérissent, par ailleurs, les "alters".

Trop d'oeufs dans le panier chinois

De surcroît, le coronavirus s’est diffusé à partir de la Chine en raison de la position centrale de ce pays dans les échanges internationaux. Si la propagation du SRAS en 2002 a été rapidement maîtrisée, c’est parce que la place de la Chine au sein de l’économie mondiale était alors plus limitée. Au passage, on notera que le problème révélé par le Covid-19 se rapporte davantage à un excès de centralisation des chaînes de valeur plutôt qu’à leur éclatement. Les économies occidentales ont placé trop d’œufs dans le panier chinois.

Rien n’empêchera donc demain que des groupes maintiennent en Chine une partie des lignes de production tout en veillant à renforcer leur présence dans d’autres pays émergents, en particulier le Sud-est asiatique. L’organisation regroupant les nations de la région, l’Asean, n’a rien d’un nain à l’échelle internationale. Elle réunit, en effet, 10 États et 620 millions d’habitants. La Thaïlande est le 13e plus grand exportateur de pièces automobiles et le 6e plus grand producteur de véhicules au monde. De leur côté, de grandes enseignes du textile misent de plus en plus sur le Vietnam qui a récemment conclu un traité de libre-échange avec l’Union européenne.

La chose ne devrait logiquement pas trop effrayer les "alters". En effet, la société vietnamienne, 30 ans après l’ouverture du pays aux investisseurs étrangers, reste très égalitaire pour une économie émergente intégrée dans les grandes chaînes de valeur mondiales. La pensée économique, depuis Simon Kuznets (1901-1985), estime que le processus de développement économique se traduit initialement par une montée des inégalités. On ne vérifie pas cette hypothèse pour le Vietnam où le coefficient de Gini était, en 2016, égal à 0,353, soit un niveau légèrement inférieur à celui de 1992. En revanche, l’indice de Gini en Chine est systématiquement supérieur à 0,45 depuis le début des années 2000.

Bref, le monde restera notre horizon demain et il sera toujours trop complexe pour les hommes d’un seul livre…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés