Publicité

La Belgique ouvre ses portes au Japon

©Bloomberg

Demain, la coopération européenne en matière de politique commerciale débouchera sur l’une de ses plus grandes réussites de la dernière décennie: l’entrée en vigueur de l’accord de partenariat économique conclu entre l’Union européenne et le Japon. Ce sera un avantage essentiel sur le plan économique pour l’Union et pour la Belgique. Il s’agit de l’accord commercial bilatéral le plus important jamais négocié, applicable à une zone comprenant plus de 630 millions de personnes.

Cecilia Malmström
Commissaire européen en charge du Commerce

On raconte actuellement que l’heure n’est plus à l’ouverture. Des voix s’élèvent pour réclamer des nouvelles frontières, des murs et des séparations, en prétendant que c’est une évolution inévitable. Après des décennies passées à établir des relations, à renforcer les liens et à saisir les possibilités qui étaient offertes, on assisterait à un retour de balancier inéluctable. Ces propos pourraient être convaincants s’ils n’avaient pas un gros défaut: ils ne correspondent pas à la réalité.

Si quelques-uns s’isolent, bien plus nombreux sont ceux qui s’unissent et deviennent beaucoup plus forts.
.
.

Malgré quelques exceptions notables — certains font en effet de leur mieux pour fermer les frontières — la tendance est toujours, dans l’écrasante majorité des cas, à une plus grande connexion et à une plus grande coopération. Si quelques-uns s’isolent, bien plus nombreux sont ceux qui s’unissent et deviennent beaucoup plus forts. L’Union européenne illustre à merveille comment tout le monde peut y gagner, en particulier dans le domaine du commerce. En effet, lorsqu’on représente 500 millions de personnes, on se trouve dans une position de force pour négocier.

Demain, la coopération européenne en matière de politique commerciale débouchera sur l’une de ses plus grandes réussites de la dernière décennie: l’entrée en vigueur de l’accord de partenariat économique conclu entre l’Union européenne et le Japon. Ce sera un avantage essentiel sur le plan économique pour l’Union et pour la Belgique. Il s’agit de l’accord commercial bilatéral le plus important jamais négocié, applicable à une zone comprenant plus de 630 millions de personnes.

2000
Entreprises belges qui exportent vers le Japon
Presque deux milles entreprises belges exportent vers le Japon, dont 90 % de PME.

Le Japon est déjà le cinquième partenaire commercial de la Belgique en dehors de l’Union. L’accord supprime des obstacles pour les entreprises, comme les droits de douane et des formalités administratives coûteuses faisant double emploi. C’est une bonne nouvelle, en particulier pour les petites entreprises. En effet, si les grandes entreprises peuvent généralement absorber les coûts liés à ces obstacles, ce n’est pas toujours le cas des petites entreprises — et les petites et moyennes entreprises (PME) représentent 99 % des entreprises de l’Union. Presque deux milles entreprises belges exportent vers le Japon, dont 90 % de PME. L’Union européenne ne s’est pas seulement efforcée de réduire les obstacles, elle a aussi prévu des mesures spécifiques pour aider les petites entreprises à accéder aux marchés, comme des points de contact dédiés et des informations en ligne.

À l’heure actuelle, environ 15000 emplois en Belgique sont tributaires des échanges commerciaux avec le Japon. À l’échelle de l’Union européenne, il s’agit de 740 000 emplois environ.
.
.

Les petites entreprises créent 85 % des nouveaux emplois dans l’Union. L’augmentation de leur participation aux échanges sera donc aussi un moteur de croissance pour l’emploi. À l’heure actuelle, environ 15000 emplois en Belgique sont tributaires des échanges commerciaux avec le Japon. À l’échelle de l’Union européenne, il s’agit de 740 000 emplois environ. Globalement, les échanges commerciaux de l’Union européenne donnent lieu à 36 millions d’emplois à travers l’Europe. En outre, ce sont en moyenne des emplois de meilleure qualité, qui rapportent 12 % de plus. La libéralisation des échanges est un moteur d’emploi et de croissance en Europe, et c’est l’un de nos points forts.

Plus que l'économmie, une alliance stratégique

Au cours des dernières années, nous nous sommes efforcés de moderniser véritablement notre politique commerciale. Notre accord avec le Japon est un accord commercial de pointe, qui comprend des dispositions visant à promouvoir les technologies vertes, des normes juridiques strictes pour protéger les droits des travailleurs, l’ouverture des marchés de services du Japon et la possibilité pour les entreprises de l’Union de soumissionner dans le cadre de marchés publics, notamment dans le secteur ferroviaire. En vertu de l’accord, le Japon s’engage à respecter les normes internationales dans le domaine automobile, ce qui facilitera considérablement les exportations de voitures européennes vers le Japon. L’accord prévoit également le respect de la propriété intellectuelle et il protège plus de 200 spécialités européennes certifiées, dont le jambon d’Ardenne et le beurre d’Ardenne.

Si toutes ces mesures sont bénéfiques pour l’économie la Belgique, il importe de souligner que cet accord ne se limite pas à la sphère économique. C’est aussi une alliance stratégique. Lorsque certains ferment leurs portes, il est important que ceux qui croient en l’ouverture se rassemblent. Nous devons démontrer les avantages de la coopération et défendre les institutions qui ont soutenu la stabilité mondiale pendant des décennies.

Le système actuel n’est pas parfait, mais nous ne pouvons pas nous permettre de le perdre.
.
.

Après des années d’instabilité et de guerre, ceux qui nous ont précédés ont construit des institutions pour renforcer notre sécurité économique et politique. Les Nations unies pour la coopération politique et l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour créer un environnement prévisible en matière de commerce international. Nous ne pouvons pas revenir au commerce tel qu’il se pratiquait auparavant, avec des guerres commerciales émaillées de rétorsions, des droits de douane fluctuants et une absence de règles régissant les services et la propriété intellectuelle. Le système actuel n’est pas parfait, mais nous ne pouvons pas nous permettre de le perdre. L’Europe est décidée à défendre ces institutions et le Japon nous soutiendra. Cet accord commercial sert à renforcer nos liens, ouvrant aussi la voie à une coopération plus approfondie dans des domaines tels que la réforme de l’OMC.

Plus de 90 % de la croissance mondiale se produira bientôt en dehors de l’Union européenne.
.
.

Dans les années à venir, nous devrons faire face à la dure réalité. Plus de 90 % de la croissance mondiale se produira bientôt en dehors de l’Union européenne. Nos concurrents sont en train d’établir des relations et de se renforcer. Nos accords commerciaux bilatéraux et l’OMC sont essentiels pour faire en sorte que la mondialisation ait lieu d’une manière équitable et fondée sur les règles.

Si nous voulons garder une longueur d’avance, nous devons forger les liens qui nous aideront à rester à flot dans les mers mouvantes de la politique mondiale. Notre accord avec le Japon constitue un lien de ce type, qui renforce notre économie et l’économie de nos partenaires japonais, tout en créant un cercle d’amis attachés aux mêmes principes qui sera déterminant dans les années à venir.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés