chronique

La guerre des talents numériques ne fait que commencer

Responsable RH chez Samsung Belux

On dit souvent qu'un diplôme est un ticket d’entrée sur le marché du travail. Cependant, il ne garantit pas pour autant une brillante carrière ou des performances élevées de l’employé une fois qu'il est embauché. Aujourd’hui, pour réussir, il faut plus que jamais une mentalité numérique et proactive de la part des employés et des possibilités d'apprentissage en continu offertes par l'employeur.

Par Dries Vertommen
Responsable RH chez Samsung Belux

J’ai grandi dans une famille d’enseignants et je connais donc l’importance de l’éducation. J’ai été témoin du temps, de l’énergie et de la passion qu’ils ont investis dans leur travail. En tant que responsable des ressources humaines, j’ai à cœur de prolonger cette volonté d’apprendre au-delà de l’école et de l’université en intégrant l’apprentissage continu dans notre stratégie RH.

L’apprentissage ne s’arrête pas à la fin de vos études, certainement pas dans la société numérique "supersonique" du XXIe siècle actuelle.

3,7
Création de postes
Agoria, la principale fédération de l’industrie technologique belge, a calculé que d'ici 2030, cette transition aura créé 3,7 postes vacants en Belgique pour chaque emploi disparu, soit 630 000 au total.

La numérisation transforme les secteurs à la vitesse de la lumière, et celui du marché du travail également. Agoria, la principale fédération de l’industrie technologique belge, a calculé que d’ici 2030, cette transition aura créé 3,7 postes vacants en Belgique pour chaque emploi disparu, soit 630 000 au total.

L’avenir professionnel des "natifs du numérique" s’annonce donc sous les meilleurs auspices. Pour autant toutefois qu’ils suivent en permanence les mutations rapides de l’économie numérique. L’apprentissage continu sur le lieu de travail deviendra plus que jamais un élément clé des descriptions de fonction et revêtira une importance au moins équivalente sur le versant financier.

L’embarras du choix

Non seulement parce que c’est nécessaire, mais aussi parce qu’on assiste à une pénurie croissante de personnes numériquement compétentes. La guerre des talents numériques entre employeurs ne s’exacerbera qu’à partir de 2021, puisque la main-d’œuvre numérique ne sera alors plus suffisante pour pourvoir tous les postes vacants.

Selon Agoria, l’écart entre l’offre et la demande numériques ne cessera de se creuser jusqu’en 2030 au moins. Par conséquent, les natifs du numérique n’auront que l’embarras du choix en matière d’emploi1.

Les entreprises qui n’ont pas la possibilité d’offrir un apprentissage continu seront très probablement ignorées par les jeunes diplômés.

C’est pourquoi les entreprises qui n’ont pas la possibilité d’offrir un apprentissage continu seront très probablement ignorées par les jeunes diplômés. L’apprentissage numérique continu sur le lieu de travail est bénéfique tant pour l’employeur que pour l’employé, et offre aux entreprises la flexibilité nécessaire pour anticiper l’évolution rapide de l’économie numérique. Une flexibilité qui manque encore aujourd’hui à de nombreuses entreprises.

Notre système éducatif est-il prêt?

L’intégration des compétences numériques dans le système éducatif est un pas dans la bonne direction, puisque la plupart des jeunes de 18 ans terminent leurs études secondaires sans maîtriser les compétences de base du XXIe siècle. Une collaboration plus étroite entre l’enseignement public et les entreprises technologiques pourrait aider à franchir le pas.

©BELGAIMAGE

Sommes-nous certains que notre système éducatif et nos enseignants ont le bon état d’esprit? Il convient non seulement de déployer des mesures incitatives au sein des collectivités publiques, mais également de dégager des synergies entre le secteur public et le secteur privé. C’est indispensable.

Cette transition vers une école moderne et numérique est importante, puisque, jusqu’à l’âge de 18 ans au moins, les jeunes Belges développent leurs compétences numériques uniquement pendant leur temps libre. Si leur bagage numérique n’est pas aussi lourd qu’il le devrait, leur transition de l’université au marché du travail sera moins facile en raison d’un déficit de connaissances numériques.

Seule la formation continue sur le lieu de travail permettra à un employé de s’armer pour relever les défis à venir. Seule une collaboration plus étroite entre le secteur éducatif et les entreprises pourra bénéficier à la société. Ce n’est qu’alors qu’un diplôme sera un tremplin vers une carrière prospère. En résumé, adoptez la bonne attitude et nous ferons de vous un employé très performant pendant l’ensemble de votre parcours professionnel.

Lire également

Messages sponsorisés