carte blanche

Le coworking n'a pas fini de faire des petits

Eric Bossart

Face à la numérisation de l'économie, de nouvelles organisations du travail se mettent en place. Parmi elles, les espaces de coworking, qui se multiplient, en ce compris en milieu rural.

Par Eric Bossart
Smart Attitude

La transition numérique et digitale est dans tous les discours, et fait manifestement peur. On y voit des pertes massives d’emploi, des robots remplacer des humains, voire même des robots se battre entre eux jusqu’à la destruction de notre planète. C’est un peu: Kafka, le retour!

Tout cela est bien sûr à relativiser fortement. Certes, nous vivons un fameux tournant, qui s’avère toutefois prometteur pour tous ceux qui accepteront de le négocier constructivement.

La numérisation de nos activités s’accompagne avant tout d’un changement de culture dans nos manières d’échanger et de travailler.

Car ce que l’on ne dit pas suffisamment au grand public, c’est que cette numérisation de nos activités s’accompagne avant tout d’un changement de culture dans nos manières d’échanger et de travailler.

Pensons à la génération Y, courroie de transmission entre la génération X, ce que bon nombre d’entre nous ont connu, et la génération Z, les "digital natives", nés avec un smartphone en mains, qui arrivent maintenant sur le marché de l’emploi.

Qu’est-ce qui caractérise cette nouvelle génération? Davantage d’autonomie, davantage d’interactions, davantage de flexibilité, davantage de sens au travail, davantage d’équilibre entre vies professionnelle et personnelle. Avec tout ce que cela entraîne – ou devrait entraîner – dans la manière d’enseigner ou de manager, mais aussi en termes de mobilité et d’entrepreneuriat, notamment.

©belga

L’Airbnb du bureau

Et pour répondre à ce changement, des organisations se mettent en place. Parmi elles, les espaces de coworking, qui se multiplient d’ailleurs à vue d’œil, en ce compris en milieu rural.

De quoi s’agit-il? Des lieux conviviaux, très connectés tant aux technologies informatiques qu’en termes de relations humaines, des lieux où l’on apprend aussi, tout en facilitant la vie: on y vient uniquement avec son ordinateur portable et son téléphone, on se connecte en cinq minutes, et hop, c’est parti. Une sorte d’AirBnb du bureau ainsi revisité.

Mais l’espace de coworking, ce n’est pas seulement un endroit où l’on bosse. Il s’agit également d’un environnement partagé et convivial, avec un coin cosy pour se relaxer et recharger les batteries, tout en y faisant des rencontres informelles, intéressantes et porteuses, autour de la machine à café.

Pourquoi de tels espaces? Les motivations sont multiples: pour le salarié, cela peut être une alternative aux longs déplacements; pour un indépendant qui se lance, il s’agira de briser l’isolement; pour une entreprise, le coworking représente un endroit de rendez-vous et de réunion avec des clients.

Se nourrir des compétences des autres

Une fois entré, on y rencontre un ingénieur qui côtoie une juriste, aux côtés d’un commercial, d’un biologiste et d’une consultante en informatique. Tout le monde se tutoie, et l’ambiance est chaleureuse. Chacun y arrive avec ses propres compétences et se nourrit des compétences des autres, permettant aux projets de grandir de manière plus rapide et plus efficace.

Ces espaces font par ailleurs l’objet d’animations et de formations, soutiens au développement d’idées nouvelles et à leur mise en œuvre. Quelque part, il s’agit d’un véritable incubateur et accélérateur d’entreprises.

Dans cette logique de nouveau monde du travail, le nombre d’indépendants ne cessera de croître.

Et ce n’est pas tout: les jeunes diplômés y sont également les bienvenus. L’occasion d’y rencontrer des chefs d’entreprises et d’être sensibilisés à la culture de l’entrepreneuriat.

Car oui, dans cette logique de nouveau monde du travail, le nombre d’indépendants ne cessera de croître. D’ailleurs, chaque mois, ce sont en moyenne plus de 800 nouveaux starters belges qui se lancent dans l’aventure; si tous ne réussissent pas du premier coup, beaucoup de projets aboutissent, que ce soit via des start up ou d’autres structures similaires.

Période passionnante

©FRANCE DUBOIS

Par ailleurs, les espaces de coworking côtoient parfois un "Fabrication Laboratory", Fab Lab en abrégé: Makilab à Louvain-la-Neuve, YourLab à Andenne, pour ne citer que deux exemples en Wallonie.

Il s’agit d’un lieu assez magique, où l’on est véritablement plongé dans un univers numérique, entouré d’imprimantes 3D ou de découpeuses laser.

Avec, et cela est novateur chez nous, des expériences telle CoderDojo, un atelier de programmation numérique à l’attention des 7-17 ans. Encadrés par des coaches bénévoles motivés, ces jeunes apprennent à coder tout en développant l’esprit de créativité et de collaboration, notions indispensables pour mieux appréhender les métiers de demain.

Croyez-moi, c’est loin d’être terminé...
.
.

Et comme rien n’arrête l’agilité, le coworking fait des petits: corpoworking — le coworking au sein de l’entreprise -, co-oking – incubateur pour start up culinaires -, réseau social de quartier comportant un volet numérisation à l’attention des commerçants, etc. et croyez-moi, c’est loin d’être terminé. In fine, de quoi faire rêver…

En parlant de rêve, savez-vous où cet article a été rédigé? Au sein de l’espace Coworking Axarquia de Velez-Malaga, petite ville andalouse, entre mer et montagne, entre cultures de mangues et d’avocats! Belle source d’inspiration…

Vous avez dit: période passionnante?

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content