chronique

Le livre de la semaine

Fonctionner ou exister? Par Miguel Benasayag, Éditions Le Pommier, 2018, 140 p., 14 €

Gérer sa vie comme une entreprise, être performant, autonome et surtout, heureux: dans cet univers fitness obsédé par la vision capitalistique de l’existence, la fragilité de la vie – défaillances du désir, incertitudes, vieillesse –, ses pertes et son tragique, est à supprimer. Reste alors aux algorithmes de créer un monde parfaitement optimisé.

Et parce qu’accepter nos faiblesses est difficile; parce que nous avons peur de l’avenir à l’heure où les anciennes idéologies et utopies se sont tues, "nous finissons par trahir nos désirs pour tomber dans les petites jouissances disciplinaires du fonctionnement". Nous ne sommes plus à nous-mêmes qu’un permanent bilan de compétences. Nous n’avons plus le temps de prendre le temps. Nous fonctionnons. Nous ne vivons plus.

"Mais céder à la peur et se réfugier dans le fonctionner impliquent d’écraser le désir d’exister qui, lui, se fonde sur la fragilité du vivant. Entrer en amitié avec notre fragilité, voilà l’aventure qui est proposée par notre époque". L’ouvrage est une critique de la tentation dominante et des chimères du transhumanisme visant un "fonctionnement" radical, comme si la machine digitale pouvait réduire à rien l’intériorité de l’existence; un appel à ne pas "éviter la vie" car si, "à la fin, tout le monde doit passer à la caisse, mieux vaut payer la note d’une vraie vie."

L’auteur, Miguel Benasayag est philosophe, psychanalyste, chercheur en épistémologie et l’auteur de divers ouvrages dont Cerveau augmenté, homme diminué (La Découverte, 2016) et Singularité du vivant (Le Pommier, 2017).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content