billet

Le livre de la semaine

Comment gouverner un peuple-roi ? Traité nouveau d’art politique, Pierre-Henri Tavoillot, Odile Jacob, 2019, 368 pages, 22,90 €.

Comment réconcilier liberté et pouvoir? Populismes, appels à la démocratie directe, crise de la représentativité… la démocratie est secouée. Comment éviter tant l’impuissance publique que l’autoritarisme populiste, l’anarchie et la servitude?

Pour revigorer l’idéal du "gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple" (Lincoln), ce traité revisite les principes fondateurs de la démocratie libérale. C’est la notion de peuple qui sert de point de départ à l’analyse: insaisissable dans sa substance identitaire, l’auteur théorise le peuple comme "méthode de construction de la démocratie"; les règles de cette méthode forment aussi les fonctions du peuple-gouvernant: autoriser (conférer l’autorité par les élections), délibérer (préparer la décision), décider (via les représentants) et contrôler. Maintenir l’équilibre de ces quatre fonctions – qui définissent la démocratie libérale – est difficile.

Pour préserver l’efficacité dans la décision, l’auteur, philosophe, est rétif aux exigences – tendant selon lui vers l’anarchie – de la "démocratie radicale" (délibération permanente, référendum façon Suisse ou tirage au sort des citoyens – lequel aurait pour effet, estime l’auteur, d’éliminer la délibération électorale). À l’inverse, la démocratie illibérale (qui tend vers la dictature) défait le pluralisme et les droits individuels. En définitive, en démocratie, il n’y a pas de peuple libre sans pouvoir efficace. "L’art de gouverner est un art d’être gouverné", ce qui implique donc une "obéissance volontaire". Car être un citoyen est autant un droit "qui fait de nous les responsables de la chose publique". Un appel à une démocratie d’adultes.

E.B.

Lire également

Echo Connect