Publicité
Publicité

Le plus grand danger pour Tesla reste Elon Musk

©REUTERS

Par Shlomo Ben-Hur et Brian Bolton
Le premier est professeur de leadership et de comportement organisationnel à l'IMD; le second en est le directeur adjoint

Le 7 août dernier, le CEO de Tesla publiait ce fameux tweet: "Am considering taking Tesla private at $420. Funding secured" (J’envisage de retirer Tesla de la cote à 420 $. Financement garanti). Dans un tweet ultérieur, il indiquait que le soutien des investisseurs était garanti. Des annonces qui ont semé la panique sur les marchés et qui valent aujourd’hui à Elon Musk d’être poursuivi pour fraude par le gendarme de la Bourse américaine et l’annonce faite, dans la foulée, qu’il va quitter la présidence du Conseil d’Administration de Tesla tout en conservant le poste de directeur général.

©AFP

Tesla n’a jamais gagné de profit ni produit de trésorerie positive, mais les investisseurs estiment que Tesla finira par générer des bénéfices, notamment en raison de la hausse de la demande de consommation de ses véhicules électriques, ainsi que la capacité de l’entreprise à produire des véhicules efficients et efficaces. Toutefois, le plus grand risque pour les investisseurs de Tesla pourrait bien-être son directeur-général, Elon Musk.

Visionnaire et insondable

Space X ©Photo News

Elon Musk est clairement l’un des plus grands visionnaires de notre époque. Il a fondé et dirigé PayPal, qui a révolutionné la manière dont nous effectuons nos achats en ligne. Il a créé l’une des sociétés les plus innovantes au monde. Durant son temps libre, il a pris la tête de SolarCity et a créé SpaceX et The Boring Company. Sa vision englobe la création d’un monde meilleur.

En exposant son souhait de coloniser Mars, il avait notamment déclaré: "la vie ne doit pas se résumer aux problèmes du quotidien; nous devons chaque jour nous réveiller enthousiastes face à l’avenir", ou encore "on ne peut pas débarquer sur Mars dans un vaisseau de la taille d’une chaloupe. Et si des Martiens nous voyaient? Ce serait tellement embarrassant." Sa vision de l’avenir est impénétrable pour la plupart d’entre nous.

Musk est l’un des propriétaires de Tesla, et non le propriétaire de Tesla. Il possède environ 22% des options en cours. Bien que cette part lui offre une influence considérable, elle ne lui donne pas le contrôle total de la société.

L’obligation fiduciaire du conseil d’administration est d’optimiser la valeur pour l’ensemble des actionnaires. Ce devoir se complique nettement lorsque l’identité et la valeur de la firme sont inextricablement liées à un seul individu. Mais cette complexité n’absout pas le conseil de ses responsabilités.

Les leaders visionnaires comme Musk ont prouvé qu’ils sont capables de créer des entreprises au succès colossal, mais ils ne constituent pas toujours le directeur idéal à long terme.

Le conseil d’administration de Tesla gagnerait probablement à prendre du recul et à déterminer si son obligation fiduciaire est bien dans l’intérêt de tous les actionnaires. Les leaders visionnaires comme Musk ont prouvé qu’ils sont capables de créer des entreprises au succès colossal, mais ils ne constituent pas toujours le directeur idéal à long terme.

Quand Steve Jobs a été renvoyé

Steve Jobs ©REUTERS

Steve Jobs, le cofondateur d’Apple, a bien été renvoyé en 1985 à seulement 30 ans. En 2005, Jobs a déclaré que ce renvoi était la meilleure chose qui lui soit arrivée. Les cofondateurs de Google, Sergei Brin et Larry Page, ont su réaliser assez tôt que le recrutement d’un dirigeant indépendant, à savoir Eric Schmidt, ancien directeur général de Novell, était dans le meilleur intérêt de l’entreprise, ce qui leur permettrait ainsi de se concentrer sur l’innovation et la technologie. Aussi, Elon Musk a été renvoyé de son poste de CEO de PayPal deux ans avant l’acquisition de la société par eBay.

Nous ne suggérons pas à Tesla de renvoyer Elon Musk. Nous suggérons seulement qu’il serait bon de garder celui-ci sous contrôle. Tesla dispose d’un produit et d’une opportunité uniques de changer le monde. Bien que la société ne vende que 1 à 2% du nombre de voitures vendues par General Motors ou Ford, sa valorisation de 55 milliards $ est supérieure à toutes les autres. Les investisseurs croient en l’avenir de l’entreprise, ils font confiance au produit et à Elon Musk. Mais à leurs yeux, ce dernier peut aussi représenter le plus grand risque pour la société.

Les études montrent que les firmes gagnent 9% de valeur après le décès prématuré de leurs fondateurs ou directeurs. Cela ne traduit pas une joie des investisseurs face au décès du fondateur: ceux-ci estiment simplement que la société peut aller encore plus loin lorsque le génie visionnaire de la firme ne distrait plus la société de ses opportunités et de sa mission. Une société peut tour à tour avoir besoin d’un visionnaire ou d’un directeur général.

©twitter.com

La série de tweets et d’interviews d’Elon Musk en août indique que celui-ci éprouve des difficultés dans son rôle à la tête de Tesla. Il ne semble pas se fier aux autres, il ne dort pas et voit sa frustration grandir face aux responsabilités attachées à son rôle. Le conseil d’administration de Tesla doit déterminer la meilleure solution pour l’avenir de la société et pour Musk. S’il estime que Musk est le meilleur dirigeant possible pour la société, le conseil doit alors trouver un moyen de le contrôler, pour que son génie et sa vision puissent être un atout et que sa liberté d’esprit ne devienne pas un obstacle.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés