Mettons le cap sur davantage d'énergie éolienne en mer du Nord belge!

L’énergie éolienne en mer apporte déjà une contribution importante à l’écologisation de l’électricité. ©Siemens AG

La Belgique est sur le point de faire des choix fondamentaux pour le futur de l’approvisionnement énergétique. Le gestionnaire de réseau, plusieurs académiciens et le Bureau fédéral du plan ont étudié différents scénarios ces derniers mois. Leurs conclusions sont similaires: la transition énergétique avec la sortie du nucléaire est faisable et abordable.

Annemie Vermeylen
Secrétaire générale - Belgian Offshore Platform 

Le rapport le plus récent démontre que maintenir les centrales nucléaires ouvertes plus longtemps freinera la transition énergétique et les futurs développements en matière d’énergie renouvelable. L’année dernière, le coût du renouvelable, incluant l’énergie éolienne en mer, a chuté de manière spectaculaire. Le coût de l’éolien en mer a d’ailleurs été pratiquement divisé par deux en Belgique. En outre, le retour économique de cette industrie est considérable: 16.000 nouveaux emplois d’ici 2030, 1 milliard d’euro par an de valeur ajoutée et un impact positif sur les finances publiques belges, entre autres grâce à l’export et à l’effet sur l'emploi.

Les entreprises belges, qui sont leaders dans le domaine du développement, de la construction et de la maintenance des parcs éoliens en mer du Nord, concluent de gros contrats dans des parcs éoliens en mer à l’étranger grâce à leur expertise dans le secteur de l’énergie éolienne en mer.
Annemie Vermeylen

Les pays précurseurs en matière d’énergie éolienne, comme le Danemark et l’Allemagne, récoltent déjà les fruits économiques de leurs choix politiques: grâce à leur marché national, les entreprises Allemandes et Danoises actives dans le secteur des énergies renouvelables conquièrent le marché mondial émergent du renouvelable. Les entreprises belges, qui sont leaders dans le domaine du développement, de la construction et de la maintenance des parcs éoliens en mer du Nord, concluent également de gros contrats dans des parcs éoliens en mer à l’étranger grâce à leur expertise dans le secteur de l’énergie éolienne en mer.

Compte tenu de la tendance de baisse des coûts de l’éolien en mer, le temps est plus que jamais venu de continuer à développer cette technologie qui peut produire de l’énergie verte à grande échelle tout en offrant des opportunités économiques intéressantes.

800.000
Familles
À l’heure actuelle, l’éolien en mer du Nord belge fournit déjà de l’énergie verte à 800.000 familles.

L’énergie renouvelable est sur la bonne voie pour devenir la source d’énergie la moins chère. Le leadership européen dans cette industrie est reconnu mondialement. La Belgique participe également, grâce au soutien des politiques au niveau régional, fédéral et européen, à la transition vers une énergie à faible teneur en carbone. À l’heure actuelle, l’éolien en mer du Nord belge fournit déjà de l’énergie verte à 800.000 familles. Néanmoins, la Belgique ne se trouve que rarement dans le top 10 européen de la production éolienne.

C’est pourquoi tergiverser n’est plus une option. Dans ce secteur, stagner revient à décliner. Il est grand temps pour la Belgique de mettre rapidement le cap sur davantage d’énergie renouvelable. Cela signifie une accélération et un développement continu de l’énergie éolienne, en mer comme sur terre. Plus il y aura d’énergie verte dans le mix énergétique, moins il faudra brûler du gaz afin de continuer à approvisionner les entreprises et les citoyens. Avec un accord sur le pacte énergétique et une politique d’accompagnement stable, le secteur des énergies renouvelables pourra garantir 40 à 70% d’énergie verte en Belgique d’ici 2030.

Afin de développer l’énergie éolienne en mer de la manière la moins chère possible, une surface totale de 400 km² est indispensable. Si le gouvernement fédéral prévoit cet espace nécessaire dans le nouveau plan d’aménagement marin, le secteur de l’éolien en mer pourra continuer à se développer.
Annemie Vermeylen

L’énergie éolienne en mer apporte déjà une contribution importante à l’écologisation de l’électricité. Dans un avenir proche, l’éolien en mer pourrait déployer au moins 2.000 MW de capacité supplémentaire. Mais pour cela, il est nécessaire d’obtenir plus d’espace en mer du Nord. Le Secrétaire d'État De Backer pose actuellement les balises du nouveau plan d’aménagement des espaces marins. Afin de développer l’énergie éolienne en mer de la manière la moins chère possible, une surface totale de 400 km² est indispensable. Si le gouvernement fédéral prévoit cet espace nécessaire dans le nouveau plan d’aménagement marin, le secteur de l’éolien en mer pourra continuer à se développer et à apporter une contribution considérable à l’approvisionnement en énergie verte, abordable et 100% belge depuis la mer du Nord.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect