chronique

Mr & Mrs Smith

On sent que l’appétence pour l’investissement dans les start-ups est comme une passion secrète que l’on aime cultiver pour soi. Pourtant, avec le recul, aux Etats-Unis, on a pu remarquer que plus il y a de femmes investisseurs dans les réseaux, plus le réseau investit.

Améliorer l’implication des femmes dans la gestion de leur patrimoine est une thématique récurrente ces dernières années.

Plusieurs objectifs sont ainsi poursuivis: sécuriser un accès équitable à l’information relative à l’argent du couple ou encore augmenter l’indépendance dans la gestion financière.

Par ailleurs, on souhaite intéresser davantage les femmes aux différentes options qui existent pour faire travailler leur épargne.

Il y a déjà plusieurs années, nous avions créé une initiative pour encourager davantage de femmes à devenir business angel. Nous avons pu constater que l’intérêt était très fort pour cette activité, car elle allie la possibilité d’accompagner des entreprises et d’avoir une implication réelle dans l’économie.

Afin de faciliter une approche d’apprentissage à l’activité de business angel et de leur permettre de débuter en engageant des montants réduits, nous avons créé des approches d’investissement collégiales et des formations.

Aujourd’hui, nous sommes passés de 3% à 18% de femmes membres du réseau, ce qui est un résultat important en soi, même si l’effort doit être continu pour maintenir voire augmenter cette proportion.

Peut-être pouvons-nous nous inspirer de ce que font nos collègues américains. Il y a peu, nous avons co-organisé un congrès européen des business angels, et avons eu le plaisir d’accueillir Mr & Mrs Smith.

Un "power couple" — pas celui du cinéma pour ceux qui partagent la référence du film — mais plutôt du monde de l’investissement, qui était venu partager leur approche et explorer les pistes d’améliorations concernant l’investissement transfrontalier entre Europe et Etats-Unis.

Mrs Smith a un background entrepreneurial et managérial, a présidé l’association nord américaine des groupes de business angels avant d’aider l’association mondiale (GBAN) à se développer. Mr. Smith a lui aussi un background entrepreneurial et d’investisseur professionnel.

Lorsque nous avons abordé la question des façons d’améliorer la participation des femmes aux activités de business angel, Linda nous a recommandé d’essayer la méthode mise en place par son groupe de business angels dans le Nevada.

Lorsqu’ils s’inscrivent, les business angels sont invités à participer aux activités en couple, il y a donc automatiquement autant de femmes que d’hommes qui participent aux activités.

Comme ils le mentionnaient amusés lors de l’événement, ils ont cependant chacun leurs affinités et se constituent leur portefeuille indépendamment des décisions de l’autre. Ils sont d’ailleurs rarement d’accord sur les dossiers dans lesquels ils investissent, mais ils ont une passion commune pour l’investissement et l’accompagnement des start-ups.

À une question quant à savoir s’ils avaient déjà réalisé des investissements en dehors des Etats-Unis, Mr. Smith a répondu que cela n’a pas été le cas à ce jour. Quand j’ai raccompagné Mrs. Smith, elle m’a glissé avec un clin d’œil: "Moi j’ai bien investi dans un dossier à l’étranger!"

Ce modèle de couple de business angels n’est pas commun en Europe, où l’activité d’investissement en capital-risque reste majoritairement une affaire individuelle. Le profil des business angels est aussi différent, car aux Etats-Unis nombreux sont ceux qui ont quitté leur activité professionnelle.

Chez Be Angels, l’immense majorité des membres hommes comme femmes sont encore en activité, et donc ont des soucis de disponibilité en temps, ce qui rendrait le fait de devoir en disposer pour deux encore plus compliqu.

On sent que l’appétence pour l’investissement dans les start-ups est comme une passion secrète que l’on aime cultiver pour soi. Pourtant, avec le recul, aux Etats-Unis, on a pu remarquer que plus il y a de femmes investisseurs dans les réseaux, plus le réseau investit.

Trouver des solutions pour augmenter la mixité permettrait d’apporter une diversité de visions, de compétences et d’expériences aux entreprises.

Lire également

Echo Connect