chronique

Nous devons davantage prendre soin de notre capital humain

La Belgique est à la traîne sur le plan de la santé mentale. Et c’est un euphémisme, car nous sommes en la matière les plus mauvais élèves d’Europe occidentale. Les raisons sont multiples et tenaces. Pourrions-nous commencer à prendre au sérieux et à rembourser les psychothérapies? Réduire la pression sur nos citoyens, augmenter leur résistance et accorder aux individus toute l’attention qu’ils méritent?

Ricky Gervais a tendu un miroir à Hollywood et renvoyé aux stars leur propre image. Insolent, pertinent et drôle, ce dernier adjectif s’appliquant uniquement quand il ne parlait pas de vous. Gervais est le bouffon qui explique les choses clairement. Tout le monde rit en espérant qu’il ne sera pas sa prochaine victime. Je soupçonne Gervais d’avoir un compte en banque bien garni pour se permettre de se faire autant d’ennemis dans le monde du spectacle.

C’est la saison des réceptions de Nouvel An et des speechs qui les accompagnent. La plupart du temps pour véhiculer des messages faciles, remercier tout le monde et présenter ses vœux. Mais il est également permis d’être sérieux. De s’arrêter sur des sujets que vous estimerez peut-être déplacés à cette période de l’année. Je parle du taux inacceptable de suicides dans notre pays, du nombre élevé de burn-outs, de dépressions et autres problèmes de santé mentale.

La Belgique affiche un très mauvais score. Le pire d’Europe occidentale. Même nos compatriotes vivant à l’étranger affichent un taux de suicide parmi les plus élevés de leur pays d’accueil (notamment aux Pays-Bas). Près de 30% des hommes et 35% des femmes reconnaissent avoir un jour pensé à se suicider. Il est intéressant de noter que ces chiffres sont beaucoup plus bas dans le sud de l’Europe, soit trois fois moindres qu’en Belgique. On peut donc affirmer que notre société fait face à un problème structurel. Si l’on compare la Belgique avec les Pays-Bas, notre taux de suicide est 33% plus élevé.

©AFP

Nous vivons donc dans une société où de nombreux citoyens se sentent malheureux et veulent mettre fin à leurs jours, et ce phénomène dure depuis plusieurs décennies. Les différences entre la Wallonie et la Flandre sont d’ailleurs minces. On peut aussi s’étonner que les régions les plus prospères affichent les plus hauts taux de suicide: la Flandre-Occidentale détient en effet ce triste record en Flandre.

Si on aligne les faits, on aboutit à l’image d’une société qui ne prend pas suffisamment soin de son capital humain. Les pays du sud s’en sortent moins bien au niveau économique, mais vivent dans une société plus chaleureuse et aux liens sociaux plus solides. Même les journées sans lumière des pays scandinaves ont un effet moins déprimant sur leurs populations que le manque élémentaire de soins de première ligne dans notre pays.

Cette responsabilité est collective. Il serait injuste de pointer du doigt un seul groupe (les employeurs par exemple). Les choses commencent bien plus tôt. Notre jeunesse se retrouve dans des écoles impersonnelles et de plus en plus grandes. Le gigantisme scolaire génère plus de racisme, de harcèlement et d’agressivité. Et le harcèlement est une cause importante de suicide chez les jeunes.

Dociles et sans personnalités

©BELGAIMAGE

Nos ados sont façonnés pour devenir des êtres dociles, sans personnalité, débarrassés de leurs côtés tranchants, pour finir dans les rouages d’une économie qui doit être la plus productive possible. Cette pression permanente pour davantage de productivité est le reflet de pouvoirs publics chers et inefficaces, qui ont fait de la Belgique la championne des impôts, le plus grand musée au monde de l’inventivité fiscale, et qui continuent surtout à taxer le travail de manière insensée.

Cette pression se traduit par la mise au rebut de notre capital humain. Nous pensons qu’il suffit de payer les travailleurs pour rester chez eux, au lieu d’alléger la pression, de les accompagner et de transformer le système en une société plus chaleureuse, plus inclusive et plus humaine.

Un des principaux problèmes de notre pays, c’est la manière dont nous avons construit notre société. Nous avons plus de victimes d’accidents de la route, plus de suicides, plus de burn-outs, plus de gens malheureux que dans les pays voisins ou de même niveau de vie. Nous avons pris la mauvaise voie.
.
.

Non, nous ne devons pas rendre les gens plus heureux pour qu’ils soient plus productifs. Nous devons prendre soin de notre capital humain parce que c’est inhérent aux sociétés modernes. Nous sommes le pire pays au monde, ça suffit! Nous devons investir davantage dans la psychothérapie au lieu de nous donner bonne conscience avec le cache-misère que la ministre De Block a récemment donné à ce secteur. Nous devons au même moment éliminer les charlatans du monde de la psychothérapie.

Un des principaux problèmes de notre pays, c’est la manière dont nous avons construit notre société. Nous avons plus de victimes d’accidents de la route, plus de suicides, plus de burn-outs, plus de gens malheureux que dans les pays voisins ou de même niveau de vie. Nous avons pris la mauvaise voie.

Ricky Gervais ©REUTERS

J’espère que l’année 2020 sera celle du changement. Lors des réceptions de Nouvel An qui doivent encore avoir lieu, on peut se donner un temps de réflexion. Demandez aux personnes touchées par le suicide, le burn-out ou la dépression au sein de leur famille et parmi leurs amis de lever la main. La plupart des verres de Champagne seront mis de côté, et presque toute la salle lèvera la main. La couche très mince de bonheur apparent, cachée sous les vœux stériles de bonne et heureuse année disparaîtra pour faire place à des discussions attentionnées, chaleureuses et intenses sur ce qui nous préoccupe tous: comment pouvons-nous mieux protéger et davantage prendre soin de notre capital humain?

Si nous donnions la parole à Ricky Gervais à l’occasion d’une de ces réceptions, il déclarerait probablement: "Chers amis belges, vous avez de fantastiques footballeurs qui n’ont qu’une seule envie, c’est de ficher le camp au plus vite, et des tas de gens qui souhaitent quitter ce monde dès que possible. Allons, réveillez-vous!"

Lire également

Messages sponsorisés