Publicité

Savoir versus pouvoir

©BELGAIMAGE

L'humeur de Bruno Coppens.

Le Codeco de mercredi, trop mou du genou. Entendre Alexander me conseiller de porter le masque et de télétravailler, je me suis demandé si ce n'était pas une rediffusion d'un vieux Codeco! Bref, un Codeco, très déco, décoratif. Ils avancent cette réunion de deux jours pour, au final, retarder une prise de décisions plus fermes qu’ils seront bien obligés d’imposer avant ou après Saint-Nicolas.

Ceci dit, mon attitude m'inquiète! Je souhaitais des actions plus sévères: "Allez! Alexander, rends le vaccin obligatoire, même pour les poules confinées!", j’attendais les mots "Bulle restreinte pour Noël!" ou "quatrième dose offerte à l’injection de la troisième". Toutes des décisions qui m'auraient pourtant fait bondir illico! Ça s’appelle comment ce type de réaction? Du sadomasochisme? Syndrome de Stockholm? Ou simplement de la belgitude: "J’aime encore bien qu’on entrave ma liberté pour avoir une bonne raison de râler!".

En fait, nous aimerions savoir si ceux qui ont le pouvoir vont un jour savoir y pourvoir.
Bruno Coppens

Je n’ose imaginer la déception voire la colère des virologues qui avaient mis la pression sur les élus. Les gens de savoir  n’ont hélas pas le pouvoir d’agir: "Je voudrais bien mais j’peux point!" alors que les politiques savent peu mais sont priés de décider: "Je peux mais fais-je bien? Allez savoir!". Et pour nous, les Belges, qui confondons couramment le savoir et le pouvoir - "Ça, ces deux-là, je vais pas savoir pouvoir les distinguer!" - , les Codeco ne nous aident en rien. On l’a encore constaté ce mercredi, nos élus n’ont pas le savoir-faire pour nous faire savoir si ce qui est en leur pouvoir relève d’un vrai savoir. Au fond, nous, sur le virus et les vaccins, nous savons peu (mais ça, nous n’y pouvons rien!), par contre, nous savons que, même vaccinés, nous sommes contaminants sans le savoir! Alors nous aimerions pouvoir savoir, autant que faire se peut, si ceux qui ont le pouvoir vont un jour savoir y pourvoir. Nous, on n’en peut plus et ça, ils peuvent le savoir!

Vous me suivez? Je vous laisse relire.

Ce Codeco est comme la Cop26! Des dirigeants qui n’écoutent qu’à moitié ce que leur disent ceux qui savent… Le rapport final de Glasgow me rappelle cette pub, qui passe en boucle, sur les appareils auditifs. J’ignore si beaucoup de chefs d'État en portaient mais ils ont traversé la Cop en mode Professeur Tournesol afin de n’entendre que ce qu’ils avaient envie de percevoir.

"-Comment?!? Il faut aviser la veuve de visiter Narbonne?

- Noooon! Il faut viser la neutralité carbone!

- Ah!!! Et pourquoi stocker les aînés? C’est si facile!

- Noooooon! Il faut stopper les énergies fossiles!

-D’accord… Mais pourquoi doit-on se retenir à la corde, pardi?

- Nooooooooooon! On doit s’en tenir à l’accord de Paris!!!!!"

Malgré tout, la Cop26 a accouché d’une bonne nouvelle en choisissant le pays idéal pour la Cop28: les Émirats arabes unis. L’E.A.U, quel beau symbole! Ah! Les Émirats, cet État qui envoie par drones des décharges électriques au coeur des nuages afin de les stimuler à pleuvoir. Un viagra céleste pour que le ciel nous trombe sur la tête! Malgré les inondations et les conditions de circulation dangereuses que ce dérèglement micro-climatique a provoquées, on sent que la Cop a enfin trouvé une solution radicale. Plutôt que de subir les lois de la nature qui nous empêchent de mondialiser en rond, dressons-la selon nos désirs: stades de foot climatisés, projection du chlorure de sodium dans les cumulo-nimbus pour favoriser les précipitations, l’homme va enfin redevenir maître de cette planète qui lui doit tant. Alors la 26, bad Cop? Good Cop?

En fait, nous aimerions savoir si ceux qui ont le pouvoir vont un jour savoir y pourvoir. On n’en peut plus et ça, ils peuvent le savoir!

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés