Si le commerce mondial pouvait se défaire du dollar…

Le dollar américain est la devise de réserve dominante. ©Bloomberg

La seule solution pour que tout le monde soit gagnant en matière de commerce est que tous les pays soient en équilibre. Le taux de change est le moyen pour assurer cet équilibre. Malheureusement, aujourd’hui avec les grandes masses monétaires en circulation liées au secteur financier et les manipulations des pays, ce n’est plus le cas.

Le but du commerce international a toujours été d’obtenir des produits et des matériaux qui n’existaient pas localement ou au meilleur prix. Le transport maritime y joue de ce fait un rôle important et a depuis des milliers d’années permit des échanges même sur de longues distances.

Bo Dahlqvist

Membre de la Société royale d'économie politique de Belgique et auteur du livre "Wealth of the people"

Les Égyptiens commerçaient avec l’ensemble du bassin méditerranéen, ainsi que l’Inde et la Chine. La route de la soie fut mis en place par les Chinois 200 ans avant J.C, pour développer le commerce vers l’Ouest du continent. Avec l’évolution de la construction navale et la maîtrise de navigation en Europe aux XVe et XVIe siècles, le commerce est devenu mondial.

Trois raisons ont fortement contribué à augmenter le commerce international:

1/L’intégration des pays avec un niveau de salaire faible dans le marché mondial;

2/La complexité de certains produits dont la fabrication nécessite des composants produits par des spécialistes de plusieurs pays;

3/La réduction du coût de transport dû à l’introduction des containers et de navires toujours plus grands.

Le commerce international représente ainsi aujourd’hui environ 17% de la création de richesse mondiale. Et il est évident que le commerce et le libre-échange ont été favorables pour tout le monde aussi bien pour les pays exportateurs qu’importateurs. Dès lors, les mesures de protectionnisme que l’on voit apparaître peuvent éventuellement se justifier pour des produits liés à la Défense mais auront, dans les autres cas, un effet négatif.

Manipulation du taux de change

La seule solution pour que tout le monde soit gagnant est que tous les pays soient en équilibre.
.
.

Dans presque tous les produits et services il y a une grande part de salaire. Un pays avec un surplus exporte ainsi davantage de travail qu’il en importe. La seule solution pour que tout le monde soit gagnant est que tous les pays soient en équilibre.

Le taux de change est le moyen pour assurer cet équilibre. Malheureusement, aujourd’hui avec les grandes masses monétaires en circulation liées au secteur financier et les manipulations des pays, ce n’est plus le cas.

Après la deuxième guerre mondiale, l’économiste britannique Keynes avait proposé lors de la mise en place des accords de Bretton Woods, un système basé sur une devise internationale, le Bancor, pour s’assurer que chaque pays soit en équilibre grâce à une correction du taux de change effectuée annuellement. Las, les Américains ont imposé le dollar comme référence.

À l’intérieur d’une zone monétaire comme la zone euro il n’y a pas de possibilité de corriger un déséquilibre par un changement de taux. Les pays excédentaires sont donc dans ce cas obligés de stimuler la demande pour augmenter l’importation.

Aujourd’hui, le président Trump attaque la Chine en raison de son grand déséquilibre commercial. Il a raison mais il oublie un facteur très important. Le dollar américain est la devise de réserve dominante, représentant 60% de toutes les réserves de devise mondiale, soit 6,6 trillions de USD. C’est 10 fois le déficit annuel.

Des pays comme la Chine, le Japon, la Suisse et les pays arabes disposent d’importantes réserves en dollar. Pour augmenter ces réserves en dollar, il faut vendre des produits ou services afin de les obtenir sans les dépenser. Chaque dollar mit en réserve affecte cependant le bilan commercial des Etats-Unis négativement.

Des dollars à partir de rien

Depuis plusieurs années, la Réserve fédérale américaine (Fed) créé des dollars à partir de rien. Ces dollars ont été utilisés pour payer l’importation des produits de consommation et créer ce déséquilibre.

Ces 6,6 trillions fonctionnent en effet tel un crédit gratuit de 20.000 $ par Américain. Les 200 milliards — en billets de dollars — qui circulent par ailleurs dans le monde s’y ajoutent.

La solution serait de créer une devise internationale, comme Keynes l’avait proposé, qui servirait de devise de réserve et corriger ensuite tous les taux de change, y compris américain et chinois, chaque année.
.
.

L’autre problème dans le système actuel est que les Américains estiment que la justice américaine s’applique à toutes les transactions qui sont faites en dollars partout dans le monde. Cela leur donne un pouvoir important mais tout à fait injustifié étant donné que de nombreuses matières premières telles que le pétrole ou les céréales sont cotées et vendues en dollars.

La solution serait de créer une devise internationale, comme Keynes l’avait proposé, qui servirait de devise de réserve et corriger ensuite tous les taux de change, y compris américain et chinois, chaque année. Cela pourrait se faire vie une organisation internationale qui veillerait à ce que le bilan commercial américain, chinois et de tous les autres pays ou zone monétaire soient en équilibre.

C’est le devoir de l’Europe, avec la Chine et la Russie, de pousser dans cette direction car la diminution de l’importance du "almighty dollar" ne fait pas partie du programme "Make America great again" même si c’est la seule solution à leur problème.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect