chronique

Tond-on Tapie?

Humoriste

L'humeur de Bruno Coppens.

J’ai attendu plusieurs jours mais à l’heure où j’écris cette chronique, toujours aucune réaction de la part de Stéphane Moreau au décès de Bernard Tapie. Pas une semaine ni même un jour de deuil à Ans et pourtant, ces deux-là s’appréciaient énormément, ayant tant de réussites et de déboires à leur actif et passif. Stéphane sauva Nice-Matin, le journal de Nanard, et ce dernier était certainement jaloux d’un patron d’intercommunale qui, en versant des sous à des gens qui n’en foutaient pas une, venait en cachette de créer le revenu universel! De façon générale et généreuse, Bernard Tapie aimait la Belgique, même charnellement! En 1988 à la tête de la société Donnay, il déclarait : " Vous êtes la première société avec laquelle je fais l’amour en Belgique! " Donner pour Donnay, tout donner, c’est la seule façon d'aimer… On dirait du France Gall et de l’Elton John! Bernard Tapie tâta un peu de la chanson espérant "réussir sa vie" et d’ailleurs, je l’aurais bien entendu reprendre le tube de Florent Pagny: Prenez mon yacht, mon jet privé et mes immeubles… mais vous n’aurez pas ma liberté de penser!"

Bernard Tapie aimait la Belgique, même charnellement! Donner pour Donnay, tout donner, c’est la seule façon d'aimer…

Dans les rédactions, dès l’annonce du décès du businessman, le dilemme fut: " Tond-on Tapie ou lui tresse-t-on une couronne? " Comme c’est un cancer qui fut sa " lutte finale, la mort fit basculer les hommages vers la confection d’un linceul quasiment blanc comme neige. Pareil pour les réactions de la classe politique française qui, dans un bel exercice funambulesque, tenta d’avancer debout sur le fil tissé serré par les mots fraude, réussites, abus sociaux, générosité, dépôts de bilan, succès… Du sport de haut niveau et au final, un slalom gênant car à force de l’encenser, on aurait fini par croire que Tapie avait inventé le commerce équitable et Oxfam. Il avait réellement le coeur sur la main mais en revêtant sa veste d’entrepreneur, le portefeuille dans la poche côté palpitant en étouffait trop souvent les battements. Par la saga du Crédit Lyonnais plus longue que " Plus belle la vie ", Tapie fut starisé, sur Canal+, il fut Guignolisé et en passant par la case prison, voilà le cas Nanard enchaîné.

Quand on se souvient que dans les années 80, son équipe cycliste s’appelait "La Vie Claire"! Claire comme les urines des coureurs, claire comme l'arbitrage Adidas… En basculant trop souvent du côté obscur, Tapie en a inspiré plus d’un! Jan Ullrich par exemple qui pour justifier son dopage lança: " C'était pour favoriser l'égalité des chances!" Du Tapie tout craché, lui qui aimait tant rouler pour la gauche tout en multipliant les sorties de route. Et pour rester dans le rayon du cyclisme, comme Jacques Anquetil disait: " Si on veut m'accuser de me doper, il suffit de regarder mes fesses et mes cuisses, ce sont de véritables écumoires! ", il suffit de remplacer trou d’aiguilles par casseroles et vous obtenez la quincaillerie Tapie. Depuis le rachat de Manufrance jusqu’à la France de Manu, Tapie a connu 1000 vies, il fut le Nafissatou de la politique: " Ma vie? Au moins un heptathlon, sinon rien! "

Aujourd’hui, j’imagine Zemmour et Mélenchon s’avouant que leur récent duel ne fut qu’un pâle ersatz du match de boxe Tapie - Le Pen de l’époque et je suppose que Nicolas Sarkozy calcule encore en ce moment s’il l’emporte sur Bernard au niveau du nombre de casseroles judiciaires. Enfin, je repense à Stéphane Moreau. Lui et Bernard Tapie, voilà deux hommes à qui beaucoup demandaient de faire " un pas de côté ". Je les aurais bien vus marcher en crabe, bras dessus bras dessous, façon Anthony Quinn et son guide dans Zorba le Grec…

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés