chronique

Trois défis que la blockchain devra surmonter

Morgan Stanley estime que, à condition que quelques défis soient surmontés, la blockchain peut devenir aussi omniprésente qu’internet.

Par Dennis Lynch et Stan Delaney
Morgan Stanley

Compte tenu des importantes fluctuations des crypto-monnaies, le bitcoin et la blockchain – la technologie sous-jacente qui alimente le bitcoin – ont enflammé l'imagination populaire.

©ANP XTRA

La blockchain est une technologie à registre distribué qui utilise la cryptographie pour assurer l'intégrité des données qu'elle stocke, le contrôle des données étant partagé entre toutes les parties qui les utilisent. Comme les données sont publiques, il faut en effet veiller à préserver leur intégrité. Les innovations clés de la blockchain ont été d'utiliser la cryptographie, la preuve de travail et les tokens (comme les crypto-monnaies) comme incitants afin que les participants effectuent le travail et assurent l'intégrité des données.

Grâce au registre partagé de la blockchain, il n’est plus nécessaire pour les intermédiaires d’établir la confiance et d’authentifier l'identité entre deux parties qui ne se connaissent pas et qui souhaitent réaliser une transaction. Par conséquent, la blockchain a le potentiel d’éliminer l'intermédiaire financier.

Contourner le système financier

Alors que la technologie de la blockchain peut être adoptée par les institutions financières existantes, elle a le potentiel de créer un nouvel ensemble de mécanismes de paiement qui contourneraient le système financier existant, en permettant par exemple aux commerçants de contourner des frais de traitement élevés de cartes de crédit.

En outre, la blockchain a de nouvelles capacités telles que la possibilité de déployer des "contrats intelligents", des contrats auto-exécutables qui sont inscrits dans le code informatique. Si les conditions convenues par les parties dans une transaction sont remplies, le contrat intelligent s'exécutera automatiquement avec transparence et sans réversibilité, ce qui réduira les coûts de transaction.

©ANP

Bien que l'on ne sache pas encore si le bitcoin deviendra une pièce durable du firmament financier ou s’il n'est qu'une mode passagère, il présente les trois fonctions clés d'une devise: il fonctionne comme une réserve de valeur, un mécanisme de transaction et une unité de compte.

En particulier dans les pays qui ont des antécédents d'instabilité financière, le bitcoin pourrait s'avérer une alternative intéressante aux monnaies locales. Il pourrait potentiellement jouer un rôle similaire au rôle historique de l'or, en tant que couverture contre l'incertitude.

Pour mettre les choses en perspective, le bitcoin en circulation aujourd'hui vaut environ 125 millions de dollars alors que la valeur de tout l'or jamais extrait vaut environ 7.900 milliards de dollars. Si le bitcoin commençait à fonctionner davantage comme l'or sur la scène mondiale, ces valorisations pourraient converger.

Trois défis

Nous croyons qu'il y a trois défis principaux que la blockchain devra surmonter.

D'abord, atteindre une masse critique. Les technologies liées à la blockchain bénéficient d'un effet de réseau, ce qui signifie que l'ajout de chaque personne au réseau augmente la valeur d'être sur le réseau pour tout le monde. Alors qu'un effet de réseau est un avantage concurrentiel important sur un marché mature, l'inconvénient est que les réseaux sont très difficiles à démarrer.

Deuxièmement, l'incertitude réglementaire. Les organes de régulation du monde entier se sont concentrés sur tous les aspects des activités liées à la blockchain - par exemple, la Chine et la Corée du Sud ont interdit les "initial coin offerings" - et de nouvelles réglementations limitant ce qui peut être fait avec la blockchain pourraient réduire son attrait.

Afin de continuer à croître, des changements aux protocoles devront être faits pour réduire leurs besoins en ressources.

Troisièmement, les besoins en ressources. La demande de stockage croît exponentiellement avec l'ajout de nœuds de réseau et d’utilisateurs au système, et les calculs de preuves de travail nécessaires pour confirmer les transactions en bitcoin requièrent une grande quantité d'électricité - selon certaines estimations, à peu près autant que ce qu’utilise la totalité du Danemark. Afin de continuer à croître, des changements aux protocoles devront être faits pour réduire leurs besoins en ressources.

La blockchain n’en est encore qu’aux prémices de son développement, mais au fil du temps, elle a le potentiel de devenir aussi omniprésente qu’internet. Nous verrons ainsi probablement un mélange d'entreprises natives de la blockchain et d'entreprises adoptant la technologie pour améliorer leurs processus existants et saisir de nouvelles opportunités de marché.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content