carte blanche

Une nouvelle bulle financière en formation

ULB (Ecares) - UCL (Core)

Munich Re estime que le coût des catastrophes naturelles est passé de 10 milliards de dollars par an durant les années 1980 à 50 milliards par an durant les dix dernières années.

Il y a un peu plus d’un an, Mark Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre et président du Financial Stability Board du G20, a fait une conférence au Lloyd’s de Londres sur le risque à court et à long terme que le réchauffement climatique fait courir aux assureurs. C’est dire que, hormis Donald Trump, les experts du climat ne sont pas les seuls à s’inquiéter.

La plus importante société de réassurance Munich Re, qui possède la meilleure base de données sur les catastrophes naturelles et leur coût en termes d’assurances, estime que celui-ci est passé de 10 milliards de dollars par an durant les années 1980 à 50 milliards par an durant les dix dernières années.

Munich Re estime que le coût des catastrophes naturelles est passé de 10 milliards de dollars par an durant les années 1980 à 50 milliards par an durant les dix dernières années.

Ceci n’est rien dit Mark Carney par rapport à ce qui pourrait se passer.

S’appuyant sur une étude de l’Agence internationale de l’énergie, il constate qu’au maximum un petit tiers des réserves actuelles de gaz, pétrole et charbon pourront être brûlées sans faire augmenter la température de plus de 2 degrés, le chiffre au-delà duquel il se produirait une catastrophe.

Ceci signifie que les deux tiers des réserves resteront dans le sol, si aucune solution technologique ne permet de "capturer" le gaz carbonique sans qu’il ne passe dans l’atmosphère.

©Bert Van den Broucke

Étant donné qu’en valeur quelque 30% des sociétés du FTSE 100 (indice boursier des 100 plus importantes sociétés cotées à la Bourse de Londres) sont engagées dans des activités d’extraction d’énergie fossile, de production d’électricité, de chimie, de construction et de biens industriels, ce non-usage devra à un moment ou un autre causer une perte de leur valeur de l’ordre de 100.000 milliards de dollars, un montant cinq fois plus important que l’explosion de la bulle immobilière de 2008 aux états-Unis.

Si nous nous rappelons que les effets de cette dernière se font encore ressentir neuf ans après, cela devrait créer une récession de plusieurs dizaines d’années.

Si Trump est vraiment convaincu que le réchauffement climatique est une blague faite par les Chinois pour rendre l’industrie américaine non compétitive, et si Rick Perry, secrétaire à l’énergie maintient qu’il veut supprimer le ministère de l’énergie (dont il ne se rappelait même plus le nom il y a un an), ils devront quand même en discuter avec le futur secrétaire d’État Rex Tillerson, l’ex-boss d’Exxon, qui risque de perdre ses culottes s’il ne vend pas à temps ses actions.

Mais étant donné qu’il est obligé de le faire avant de devenir secrétaire d’État de l’Empire de Trump, c’est-à-dire dès demain, il s’en fout lui aussi.

Il est donc grand temps de se garer ou de disparaître avec nos enfants et petits-enfants avant l’explosion de la bulle financière d’origine climatique et de la bulle climatique elle-même.

Victor Ginsburgh
ULB (Ecares) - UCL (Core)

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés