Vers une transition énergétique et climatique juste et équitable

Sur les 276 régions que compte l’UE, 108 disposent d’infrastructures de charbon, et quelque 237 000 personnes travaillent dans des secteurs d’activités liés au charbon. ©BLOOMBERG NEWS

Depuis aujourd’hui, l'Europe dispose d’un mécanisme pour permettre l’inclusion de chacun dans cette transition.

La transition climatique inscrite dans le pacte vert constitue à la fois un impératif éthique et une opportunité économique. Nous devons adapter nos modes de production et de consommation pour protéger notre santé et notre bien-être et sauvegarder notre planète pour les générations à venir. Nous n’avons pas d’autre solution car nous n’avons pas d’autre planète. Ces dernières décennies, nous avons démontré en Europe qu’il était possible de rompre le lien entre les émissions de CO2 et la croissance économique. À long terme, nous devrions tous bénéficier du passage à la neutralité climatique. Dans le même temps et à court terme, cette transition nécessitera des efforts considérables, et les citoyens et les régions qui dépendent plus fortement des combustibles fossiles devront faire preuve d’une solide capacité d’adaptation.

Frans Timmermans et Elisa Ferreira

Respectivement Vice-Président Exécutif de la Commission européenne en charge du Pacte vert pour l’Europe (Green Deal européen) et Commissaire européenne en charge de la cohésion et des réformes

C’est pourquoi la Commission européenne va adopter un mécanisme pour une transition juste, qui est doté d’un Fonds pour une transition juste. Nous voulons faire en sorte que la transition énergétique et climatique soit juste et équitable. C’est également l’occasion de montrer que l’expression "ne laisser personne pour compte" n’est pas qu’un simple hashtag sur Twitter, mais une véritable promesse de solidarité et d’équité en Europe.

Le point de départ n'est pas le même partout...

Le point de départ n’est pas le même selon le pays et la région. À l’heure actuelle, des centaines de milliers d’emplois et de nombreux ménages dépendent encore de la chaîne de valorisation des combustibles fossiles et de processus industriels à forte intensité de carbone, qu’il s’agisse, par exemple, de l’extraction du charbon ou de l’industrie sidérurgique. Sur les 276 régions que compte l’UE, 108 disposent d’infrastructures de charbon, et quelque 237.000 personnes travaillent dans des secteurs d’activités liés au charbon, tandis que des dizaines de milliers d’autres sont employées dans des activités liées à l’extraction de la tourbe et dans l’industrie du schiste bitumineux.

400.000
décès par an
Le nombre de décès prématurés provoqués chaque année par la pollution atmosphérique dans nos villes.

Pour atteindre l’objectif ambitieux de l’Europe à l’horizon 2050, il faudra un effort considérable, et la transition vers la neutralité climatique de l’Union transformera les régions de l’Europe. Si nous réussissons, nous pourrons réduire de manière significative le nombre inacceptable de 400.000 décès prématurés provoqués chaque année par la pollution atmosphérique dans nos villes.

En nous lançant dans cette vaste entreprise, nous ne ménagerons aucun effort pour veiller à ce qu’aucune région, aucune communauté, aucune personne ne soit laissée pour compte. Afin de soutenir les citoyens dans toute l’Europe, ceux des mines de charbon des Asturies et de Silésie ou ceux des tourbières des Midlands, nous voulons que le Fonds pour une transition juste vienne en aide à ceux qui s’inquiètent pour leur emploi et montre que la transition peut offrir des opportunités à tous.

Pour ce faire, nous pourrons, par exemple, offrir des possibilités de reconversion professionnelle à ceux qui seront touchés par la transition, en favorisant de nouveaux emplois dans l’économie verte et en investissant dans les transports publics électrifiés, pour ne citer que quelques exemples.

Un Fonds pour une transition juste

Le mécanisme pour une transition juste constitue un nouveau moyen d’inclure chacun et de contribuer à la prospérité, au bien-être et à un avenir plus vert pour les générations futures. Il mettra en place un Fonds pour une transition juste, doté de crédits frais en complément du budget de l’Union, permettant de procurer des subventions en faveur de la diversification économique et pour les travailleurs ayant des besoins de formation. Il servira également à mobiliser des fonds privés pour contribuer à créer de nouvelles activités économiques qui se substitueront aux activités polluantes. De plus, par l’intermédiaire de la BEI, il accordera des prêts favorables aux collectivités locales pour le financement de projets verts. Dans leur ensemble, ces outils permettront de réaliser et de stimuler des investissements pour un montant d’au moins 100 milliards d’euros.

Le principe de notre Union européenne est que mon bien-être dépend du bien-être de mes partenaires. Notre solidarité est un intérêt personnel éclairé. En cette période tourmentée, il est clair qu’aucun État ne peut relever à lui seul les grands défis qui se présentent à nous. Avec le pacte vert, l’Europe montre l’exemple pour la transition vers la neutralité climatique et une nouvelle stratégie de croissance verte. Nous avons les compétences, les cerveaux et la technologie. À partir d’aujourd’hui, nous disposons également d’un mécanisme pour permettre l’inclusion de chacun dans cette transition juste. Nous partageons un continent commun et, ensemble, nous pouvons forger un avenir vert radieux. Retroussons nos manches et mettons-nous au travail.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n