carte blanche

Voici à quoi pourrait ressembler la Belgique en 2050

Petit essai de politique-fiction. Bienvenue dans l’Hallunistan 2050, un endroit calme et où tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Par D.M. Judkiewicz
Ingénieur civil
Membre associé de l'Académie Royale de Belgique

Petit et coincé entre ses voisins, l’Hallunistan est un pays créatif. On peut y faire 50 kilomètres en changeant deux fois de langue. Cette curiosité s’est depuis l’année (RER + 15) fortement durcie. Notons au passage que le RER, mis en service en 2035, s’avéra répondre aux besoins de 2020.

L’Hallunistan, pays des plus taxés au monde, avait des avantages sociaux. Hélas, aujourd’hui, cela s’est détricoté et les impôts ont grimpé en flèche.

Aux frontières linguistiques, une caméra intelligente scrute la plaque, le véhicule (y compris les "autoroutinettes", ces deux roues à hydrogène) et le visage du conducteur. Un algorithme génétique compare ces données aux dossiers d’examen linguistique du chauffeur et lui cède le passage moyennant une inscription à un nombre de cours de langue ainsi déterminé.

L’Hallunistan, pays des plus taxés au monde, avait des avantages sociaux. Hélas, aujourd’hui, cela s’est détricoté et les impôts ont grimpé en flèche.

En effet, les 453 ministres, 467 parlementaires et 14.029 conseillers provinciaux et communaux de 2017 ont été multipliés par 3, suite à une série de voyages d’études dans les démocraties et dictatures du monde ensoleillé, afin d’éviter la pensée unique et le pessimisme de la grisaille.

Pour chaque mandataire on en a nommé deux autres surveillant le premier et se surveillant entre eux. Cela fait du monde, mais plus de discussion sur l’orthodoxie de gestion.

L’algorithme "Happy-together"

Pour financer cela, le système de paie a été modifié. En effet, tout bien ou service est payé à un numéro de compte unique et l’argent va directement dans les caisses de l’État. Celui-ci, avec sa rapidité proverbiale, redistribue à chacun une rémunération grâce à l’algorithme de Monte Carlo, certes aléatoire mais donnant de bons résultats, après un temps incertain.

En politique, le nombre de partis avait explosé et vu les coalitions précaires, jadis, il n’y a plus qu’un seul parti, formé de l’association de tous les anciens partis. Le citoyen vote pour des membres de ce parti unique et un algorithme répondant au nom de "Happy-together" redistribue les sièges.

D’aucuns prétendent que la formule de cet algorithme a disparu mais il y a toujours des mécontents.

Les problématiques de l’énergie et du climat sont en bonne voie. Chaque voiture accueille deux vélos électriques et les voitures montent sur des trains pour les grands déplacements. Quand, parfois, les trains roulent, à chaque freinage ils rechargent les voitures électriques qui, une fois chargées, alimentent les vélos.

Pour les voyages transcontinentaux, les trains, chargés de voitures, elles-mêmes chargées des vélos, montent à bord d’immenses dirigeables dont les moteurs électriques sont alimentés par les batteries des trains, autos, vélos et, le cas échéant, par la force musculaire.

On a remplacé les machines à laver et les lave-vaisselle par un grand lavoir et un grand atelier "vaisselle" par ville. Toutes les pièces de linge ou de vaisselle sont équipées d’un système d’identification suite à une étude chez les Dhobis de Bombay. Ainsi chacun retrouve ses assiettes et ses caleçons, pas en même temps toutefois.

Nous pouvons maintenant lire dans l’obscurité grâce à un implant installé dans l’œil à la naissance, donc plus besoin d’éclairage et une manipulation génétique permet de se sentir à l’aise à une température de 10°C: adieux combustibles.

Heureusement, les rues principales sont garnies d’arbres à hamburgers gratuits (à base de légumes secs) et les sous-vêtements sont équipés d’un piège à flatulences qui permet de récupérer les gaz à effet de serre générés par l’homme lui-même.
.
.

Pour la nourriture, on peut trouver de la viande ou du poisson dans certains bas-fonds des villes, mais à ses risques et périls car leur consommation n’est permise que pour des raisons médicales, à raison de 5 grammes maximum.

Heureusement, les rues principales sont garnies d’arbres à hamburgers gratuits (à base de légumes secs) et les sous-vêtements sont équipés d’un piège à flatulences qui permet de récupérer les gaz à effet de serre générés par l’homme lui-même, soit 1 litre par jour, où l’on sépare CO2, hydrogène, méthane et H2S. Avec une population de 12 millions d’habitants, voilà 12.000 m³ de gaz/jour, dont une partie est vendue à des pays moins performants.

Les fromages, tolérés mais rares sont tous pasteurisés car les édiles n’ont point cru à l’innocuité millénaire de produits au lait cru. On célèbre le culte de Saint-Principe-de-précaution, érigé en "dogme raisonnable" et on a banni la tarte au riz, à la conservation équivoque.

La diversité de l’assiette a fort diminué car manger est une activité triviale et les livres de cuisine ont été brûlés quoique certains puissent encore être dénichés au marché noir.

Sont menacés aujourd’hui la rate, pomme de terre dont le nom évoque un animal, ainsi que la corne de gatte pour les mêmes raisons. La Veganette se vend en patch pour décourager toute nourriture animale.

Meunier-Tudor, pour une vie en or

Le politiquement correct est la norme. Du reste, plus personne ne revendique quoi que ce soit car l’État s’occupe de tout et quand les pensions des retraités ont encore diminué, la population, épuisée par la malnutrition et les carences, n’a plus eu la force de réagir. On leur a donné des somnifères légèrement hallucinatoires de la marque Meunier-Tudor, souvent inclus dans les hamburgers susmentionnés. Plus de bagarres, de luttes syndicales, de racisme ou de xénophobie. "Meunier-Tudor, pour une vie en or" nous disent les écriteaux électroniques omniprésents.

Les Hallunistaniens semblent béats quoiqu’éteints et Algorithmus Maximus veille à éviter toute réflexion.
.
.

Un seul journal diffuse l’information via une puce corporelle. Ainsi, pas de "fake news". Pareil pour l’éducation: des micro-cerveaux implantables de la marque "Bosse": bosse des maths, bosse des langues,…plus de décrets et autres pactes scolaires. Le "cours de rien" est remplacé par les puces de tout!

Les Hallunistaniens semblent béats quoiqu’éteints et Algorithmus Maximus veille à éviter toute réflexion.

On signale toutefois une branche un peu hérétique: les "Yanamarres". Curieuse population qui s’habille en jaune et dont la devise est "Vert de rage et voir rouge!" Une cure de Veganette et de Meunier-Tudor lors d’un séjour en Algorithermes devrait régler tout cela.

Bref, l’Hallunistan 2050 est un endroit calme et où tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, des mondes, des mondes, des mondes…

Lire également

Echo Connect