Bienvenue dans la saison 2

Newsmanager

La BCE confirme la fin du QE mais…

À Francfort, certains espéraient voici encore un an ou deux qu’il n’y aurait pas de "saison 2". Si tout s’était déroulé normalement, la Banque centrale européenne (BCE) aurait mis un terme à ses achats d’obligations sur les marchés, une politique mieux connue sous le nom d’assouplissement quantitatif (QE). Et les hausses de taux d’intérêt auraient été rapidement programmées pour s’extirper de cette période anormale de taux négatifs. Mais c’était sans compter sur les derniers rebondissements en date: menaces protectionnistes, incertitudes politiques et remous sur les marchés boursiers. Bienvenue dès lors dans la saison 2. Alors oui, la BCE met un terme officiel ce mois-ci à ses achats nets d’obligations. En l’espace de quatre ans, elle aura acheté 2.600 milliards d’euros de titres, soit l’équivalent de plus de six fois la dette publique belge. Mais ce n’est pas là un vrai épilogue. La BCE va continuer à réinvestir les montants d’obligations qui viennent à échéance, pendant une période plus longue que prévu. Au besoin, elle pourrait aussi réactiver sa politique de rachat de titres. Face aux risques de ralentissement économique, la prudence est manifestement de mise à Francfort.

On peut déjà vous dire que deux acteurs principaux quitteront la scène au cours de cette deuxième saison.

Sans dévoiler le contenu de cette saison 2, on peut déjà vous dire qu’elle verra disparaître deux de ses principaux acteurs: le chef économiste Peter Praet qui quitte Francfort à la fin mai 2019 et le président Mario Draghi qui le suivra au début novembre. Ce dernier pourrait même abandonner la scène sans jamais avoir relevé les taux en tant que président. Ce n’était sans doute pas prévu dans le scénario initial.

On attend aussi de voir ce que ferait la BCE si l’Europe entrait subitement en récession, par exemple dans le sillage des Etats-Unis. Vu le niveau actuel des taux, la Banque centrale européenne aurait très peu de marge de manœuvre pour agir au niveau monétaire. Cette saison 2 risque d’être plus passionnante encore que la saison 1. En espérant cette fois un réel "happy end".

Lire également

Messages sponsorisés