Des coquelicots et des orties

Alain Narinx

Une ébauche de programme PS/Ecolo

On en sait davantage sur le contenu du projet que veulent porter socialistes et écologistes pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ces mesures doivent être considérées pour ce qu’elles sont: un embryon de programme, amené à évoluer, à s’étoffer, à se concrétiser. À juger avec prudence, donc.

De cette première esquisse, on retiendra tout d’abord son empreinte écologique forte qui se traduit notamment par l’ambition d’une neutralité carbone en 2050, par une transition verte marquée dans chaque strate du successeur du plan Marshall ou encore par la diminution affichée de la part modale de la voiture d’au moins un tiers d’ici 2030.

Ces documents ne recèlent aucun détail budgétaire.

Quatre initiatives méritent d’être saluées: la création d’un pôle de compétitivité sur le numérique commun à Bruxelles et à la Wallonie, la refonte du Forem, la fin du CEB et la promotion d’écoles bilingues.

Trois bémols toutefois. Le soutien à l’investissement et à l’entrepreneuriat, et donc au tissu de PME en Wallonie, nous paraît vague ou faible, en dehors des composantes "vertes" de ce futur programme gouvernemental.

Surtout, ces documents ne recèlent aucun détail budgétaire. C’est logique, ce n’est pas l’objectif de l’exercice. Mais cela embellit forcément l’image – rien de tel pour convaincre la société civile – et cela laisse ouverte la question de la possibilité de concrétiser de louables intentions et de belles promesses. Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure, on se permet de rappeler que la situation budgétaire de la Wallonie et de la Fédération n’est pas rose, d’autant que les flux financiers générés par les transferts Nord/Sud vont se tarir progressivement. Et le vœu (pieux?) d’un plein-emploi en 2030 ne suffit pas à masquer cette interrogation.

Enfin, politiquement, il reste un fameux écueil. Sans redétailler ici l’arithmétique électorale et toute la stratégie d’ouverture à la société civile qui en découle, rappelons que, jusqu’à preuve du contraire, PS et Ecolo – et donc cet embryon de programme gouvernemental – ne disposent pas d’une majorité parlementaire.

Lire également

Echo Connect