Erdogan joue avec le feu

Vincent Georis

La Turquie menace l’Europe et les Etats-Unis.

Depuis la tentative de coup d’État avortée, le régime du président turc Tayyip Erdogan a changé de visage. Les représailles contre la tentative de putsch, menée par une poignée de militaires, se sont muées en répression massive contre des dizaines de milliers de personnes, accusées d’être proches du mouvement religieux Gülen. Aveuglé par sa vengeance, M. Erdogan lance des brûlots, en versant dans une sémantique de purification. Il menace de rétablir la peine de mort. Il incite la diaspora turque à l’étranger, y compris en Belgique, à traquer les gülenistes. Il emprisonne des juges, des journalistes, des enseignants et des militaires. À la place de la Turquie laïque et démocratique, apparaît un pays tenu de vouer un culte à son maître.

L’Europe ose protester – du bout des lèvres – contre la purge? Erdogan se fâche et menace de suspendre l’accord sur les réfugiés. Les Etats-Unis refusent de livrer Fethullah Gülen? Le président turc avertit Washington qu’il va rompre les relations bilatérales.

À la place de la Turquie laïque et démocratique, apparaît un pays tenu de vouer un culte à son maître.

Pour faire passer le message de manière encore plus radicale, M. Erdogan s’est réconcilié hier avec un autre dirigeant autoritaire, Vladimir Poutine.

Ce rapprochement entre la Turquie et la Russie pourrait signer la venue, lente mais réelle, d’un nouveau rapport de force mondial où l’Occident, et ses valeurs, occupent une place secondaire.

L’Europe, en plein hiver démographique, traverse des crises à répétition. La Turquie et la Russie, deux grandes puissances militaires en croissance économique, profitent de cette déprime pour imposer leur modèle autoritaire sur l’échiquier géopolitique. Le risque est grand de voir de plus en plus de pays émergents, témoins de ces deux "exemples" balancer, eux aussi, vers l’autoritarisme contre le modèle démocratique.

En poursuivant sa course, Erdogan satisfait son ego. Mais, n’ayant retenu aucune leçon de l’histoire, il pousse son pays vers un modèle qui l’éloigne de l’Europe et risque de créer une grande instabilité.

Lire également

Echo Connect