Impossible culture

"Bouger les lignes" en Communauté française.

Alda Greoli, ministre cdH de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles, jouait, hier, l’air des "mille e tre" amours de Don Giovanni en présentant à la presse son plan pour une nouvelle politique culturelle – "Bouger les lignes". Car il lui faudra continuer à séduire sans relâche les acteurs de terrain, au nombre de 3.237, qui lui ont remis 804 recommandations devant aboutir à une refonte complète du secteur. Quand? On ne sait pas trop. Car, pour l’heure, les 40 actions stratégiques qui synthétisent leurs recommandations n’apparaissent que comme un catalogue de bonnes intentions.

Il faudra attendre janvier 2018 pour obtenir un plan stratégique en bonne et due forme.

Il faudra en effet attendre janvier 2018 pour obtenir un plan stratégique en bonne et due forme, avec un phasage et un budget ad hoc qui balisent les différentes actions à mener pendant les deux dernières années de la législature. D’ici-là, l’automne risque d’être chaud et pourrait mettre à mal la stratégie. Alda Greoli devra arbitrer entre des opérateurs culturels qui, à travers leurs propositions de contrats-programmes, affichent des ambitions qui dépassent de 50% la capacité budgétaire du ministère, dixit la ministre.

Alda Greoli devra dès lors trancher alors que les instances d’avis, si décriées pour leur opacité, n’auront pas encore été réformées, et que le secteur n’aura pas encore eu le temps de se structurer en fédérations sectorielles pour éviter de négocier en ordre dispersé, comme c’est l’usage. Cette conférence de presse, où ne figuraient que deux représentants de l’administration et la ministre elle-même, donnait finalement l’image de ce que l’on avait voulu éviter: des "états généraux" de la culture, un mode de décision "top-down" et un effet d’annonce.

De surcroît, plusieurs des actions à mener ne dépendent pas directement du ministère d’Alda Greoli, comme le statut social et fiscal des artistes, et soulignent la position bancale de la Fédération entre le Fédéral et les Régions. Idem pour le numérique. Mais la ministre a déjà su prouver son poids politique et son sang-froid. Gageons qu’elle fera autre chose que de nous jouer du Mozart.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés