1

La Catalogne, un brûlot en Europe

©RV DOC

L’Espagne met la Catalogne sous pression.

Les Catalans n’ont pas d’illusions à se faire. Leur déclaration d’indépendance n’a pratiquement aucune valeur juridique. L’illégalité du référendum et les conditions obscures dans lesquelles le président catalan Carles Puigdemont a déclaré l’indépendance fragilisent le processus. "L’obscurité ne chasse pas l’obscurité, seule la lumière peut le faire", disait Martin Luther King.

D’ici le 16 octobre, Barcelone devra clarifier sa démarche. Le doigt sur la gâchette, le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy est prêt à dégainer l’arme ultime, la suspension de l’autonomie régionale. Il a activé hier l’article 155 de la Constitution, une disposition lourde, qui ménage un temps de réponse à la région rebelle.

L’Europe se doit de conserver un visage humain. Sans quoi le brûlot catalan boutera le feu à d’autres régions.

Rajoy a beau avoir le droit pour lui, il doit rester prudent et ne pas oublier que face à lui se dresse un peuple avide d’indépendance. Le danger d’un dérapage est réel, en Espagne et en Europe.

L’Union européenne, inquiète, n’a cessé ces derniers jours d’appeler au "respect de la Constitution espagnole" et réduit ce conflit à "une affaire intérieure".

Cette position frileuse, doublée d’un parti pris pour Madrid, est une erreur politique car elle néglige les aspirations des millions de Catalans qui ont voté "oui", certains sous les coups de la police. L’Europe aurait pu appeler Madrid à plus de respect envers ses citoyens. C’eut été un minimum.

L’Union européenne, qui saute d’année en année à pieds joints dans les crises, oublie une nouvelle fois qu’elle est faite d’hommes et de femmes. De chair et pas seulement de textes légaux.

Lorsqu’elle fut fondée dans les années 50, cette institution supranationale unique, garante de la paix, a engendré un repli inverse. L’émergence d’une conscience locale en réponse à l’éloignement du pouvoir vers Bruxelles.

L’Union doit conserver un visage humain. Sans quoi le brûlot catalan boutera le feu à d’autres régions. L’Écosse, la Flandre, la Corse… où des populistes attendent le premier signal pour créer du chaos.

Contenu sponsorisé

Partner content