La paille et la poutre

©Sofie Van Hoof

Wall Street, Donald Trump et la Fed

Une correction boursière peut survenir à n’importe quel moment, sans raison particulière, sans indicateur économique négatif. Il s’agit de l’une des leçons de l’histoire boursière. Mercredi soir, les indices boursiers américains ont dégringolé de 3 à 4% en l’absence de toute nouvelle importante. Le marché a subi un revers à cause de… rien. Ou plutôt à cause d’une multitude de facteurs qui étaient déjà amplement connus: la remontée des taux d’intérêt sur le marché obligataire, la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine…

La Fed ne fait que son job, afin de s’assurer une marge de manœuvre quand l’économie US tombera en récession.

À un moment donné, la Bourse dit tout simplement "stop". Des prises de bénéfices se déclenchent après une longue période de marché haussier (plus de neuf ans et demi), d’autant qu’au fil du temps, la Bourse américaine est devenue le marché le plus cher au monde.

Non, ce qui choque, ce sont les déclarations tonitruantes de Donald Trump. Après la chute de Wall Street, le président américain n’a pas hésité à s’en prendre ouvertement à la banque centrale américaine qui serait "tombée sur la tête" en remontant les taux d’intérêt, au point de provoquer la chute des indices boursiers.

La réalité est très différente. C’est la réforme fiscale de Trump, nullement indispensable, qui a récemment soutenu les entreprises et la Bourse, dans le contexte d’une économie américaine toujours robuste. Au point même d’inquiéter la Réserve fédérale (Fed) qui, en définitive ne fait que son job en remontant les taux d’intérêt, afin de s’assurer une marge de manœuvre quand l’économie tombera en récession.

Si la Bourse tremble aujourd’hui, c’est bien davantage en raison de la guerre commerciale désordonnée et imprévisible menée par Trump. On ne peut pas faire n’importe quoi, comme humilier le G7 par exemple, ou proférer des propos calomnieux à l’encontre de sa banque centrale, sans en subir logiquement le contrecoup. Un jour ou l’autre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content