La patience est une vertu

©RV DOC

La BCE décide de ne rien décider.

Sur les marchés, tout va très vite. Les investisseurs ont tendance à devenir impatients quand ils n’atteignent pas rapidement les objectifs qu’ils se sont assignés. Or, ils doivent composer avec la politique monétaire, qui donne le ton en matière de taux d’intérêt. Les sondages montrent que certains investisseurs espéraient un nouvel assouplissement de la part de la Banque centrale européenne. Ceux-là sont restés sur leur faim.

On voit mal qui serait mieux placé que la BCE pour contredire les perspectives d’inflation de cette dernière pour la zone euro.

La BCE a pris la sage décision d’attendre et de continuer à analyser les effets de son programme d’achats d’actifs en cours. Les intervenants des marchés ont parfois tendance à oublier combien la politique monétaire actuelle est généreuse. Les conditions de financement sont extrêmement favorables; les alléger davantage ne changerait pas la donne. Face à la pression d’une frange des investisseurs en faveur d’un contexte financier encore plus favorable, Mario Draghi et ses pairs ont su garder la tête froide.

Le président de la BCE a défendu le bilan provisoire de la politique monétaire très clémente de la zone euro. Face aux critiques qui rappellent que l’inflation reste loin de l’objectif de quasiment 2%, Draghi a souligné que l’actuelle évolution des prix était conforme à la trajectoire prévue. La BCE s’attend à une remontée de l’inflation fin 2016 puis à une poursuite de la hausse dans les deux prochaines années. On voit mal qui serait mieux placé qu’elle pour contredire ces perspectives…

La BCE ne compte donc pas se montrer plus généreuse pour le moment. Mais elle n’envisage pas non plus de revenir sur sa politique en cours, même si celle-ci affecte les banques. Récemment, plusieurs banquiers se sont plaints de la faiblesse des taux d’intérêt qui serait la cause de la réduction de leurs profits. Mario Draghi les a recadrés: selon lui, si les bénéfices des banques ont baissé cette année, c’est parce qu’ils avaient été exceptionnellement élevés en 2015… grâce à la politique monétaire précisément. Investisseurs et banquiers ont une vertu à apprendre. La BCE, elle, la possède déjà.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Partner content