La (première) semaine infernale de Charles Michel

Martine Maelschalck

Charles Michel vient probablement de vivre une des pires semaines de sa relativement jeune existence.

Se doutait-il que ce serait aussi difficile? Car c’est une chose de proposer des réformes économiques qui vont susciter dans les milieux syndicaux des réactions dont on peut écrire la rhétorique à l’avance. Mais c’en est une autre de se retrouver, dès le jour de la rentrée parlementaire, face à un tir de barrage de l’opposition d’une violence que les moins de 50 ans ne pouvaient pas connaître. Admettons-le: en exigeant des explications et des excuses des deux ministres N-VA mis en cause, Charles Michel a gagné cette semaine ses premiers galons de chef du gouvernement.

Ce déchaînement de violence verbale n’a pas forcément eu l’effet escompté sur le grand public.

Manifestement, l’opposition francophone avait bien préparé son entrée en matière. Prête à faire flèche de tout bois, elle a cueilli comme un cadeau du ciel les déclarations de Jan Jambon et les amitiés collaborationnistes de Théo Francken. Toutes griffes dehors, la cheffe de groupe du PS, Laurette Onkelinx, a bien démontré qu’elle n’avait pas usurpé sa réputation de pasionaria. Est-elle allée trop loin? Ce déchaînement de violence verbale n’a pas forcément eu l’effet escompté sur le grand public. De nombreuses personnes s’étonnent en effet que l’opposition de gauche prête aussi peu d’attention aux questions de fond, au budget et au programme socio-économique de la coalition. Estimant, en clair, qu’il faudrait d’abord laisser au moins à ce gouvernement une chance de commencer à travailler.

En empêchant Charles Michel de lire sa déclaration gouvernementale et en se permettant quelques outrances verbales (les fameux "bruits de bottes"), le PS fait clairement le lit de la N-VA, convaincue depuis longtemps que la Flandre n’a plus rien à gagner à gouverner avec les francophones (et a fortiori, avec le PS). Mais cela, gageons que Laurette Onkelinx le sait parfaitement.

[Suivez Martine Maelschalck sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Echo Connect