Le jeu risqué de la N-VA

©Debby Termonia

Bart De Wever menace de tirer la prise.

Au 7e jour de l’année 2018, il prit l’allumette et la craqua. "Il", c’est Bart De Wever, le président de la N-VA. L’allumette, c’est la menace qu’il a brandie de retirer la prise du gouvernement fédéral si la tête de son poulain d’or, Theo Francken, devait rouler sous le sabre d’un verdict (hypothétique) du Commissariat général aux réfugiés et apatrides, actuellement occupé à enquêter sur le renvoi au pays de réfugiés soudanais.

Une menace, donc, de chute du gouvernement, pour affirmer qu’il défend bec et ongles Francken. Et qu’il n’acceptera pas la démission d’un ténor N-VA si elle devait s’imposer, là où d’autres partis ont dû plier devant les erreurs de leurs ministres.

Des allumettes, il y en aura encore. L’approche des élections communales va crisper les positions des partis flamands.

Une menace qui donne l’impression que la N-VA rêve de mettre fin à ce gouvernement fédéral prématurément. Ce scénario qui lui permettrait de réaliser son rêve: coupler les élections fédérales et communales, faire campagne sur des messages plus porteurs que les enjeux communaux, et espérer rafler un maximum d’écharpes mayorales. Avec en prime l’espoir de balancer le grand rival CD&V Kris Peeters aux oubliettes dans la Ville d’Anvers.

Des allumettes, il y en aura encore. L’approche des communales va crisper les positions des partis flamands. Les envies de mettre le feu vont se multiplier. Les semaines à venir nous diront vite si ce scénario est le bon. Si la N-VA poursuit son travail de sape du Fédéral afin d’accélérer la chute. Si les nationalistes ôtent le masque de la loyauté gouvernementale pour se révéler des partenaires perfides imbus d’eux-mêmes et avides de pouvoir (local).

La N-VA aura pourtant intérêt à se rappeler qu’elle ne sortira pas grandie d’un basculement. Car son "patron" n’appréciera pas… Le Voka jettera un regard noir sur celui qui a mis le feu à un gouvernement qui mène enfin toutes les réformes socio-économiques dont il rêve. Le CD&V, le MR, l’Open Vld, eux, l’ont compris. Raison pour laquelle ils courbent l’échine. Restera à voir jusqu’où ils pourront se le permettre. Tant que l’accord de gouvernement est respecté en tout cas. Pour l’éthique, c’est un autre débat…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content