Ne pas choisir, c'est encore choisir

Christine Scharff

Le pacte énergétique bien mal embarqué.

Des années qu’on nous le promet, ce pacte énergétique visant à dégager une vision commune entre Fédéral et Régions, pour en finir avec les revirements politiques incessants et donner enfin une clarté à long terme aux investisseurs. C’est LA priorité du gouvernement dans les prochains mois, déclarait encore Charles Michel dans nos colonnes début septembre. L’atterrissage de cet ambitieux travail, retardé à plusieurs reprises, mais sur lequel les quatre ministres de l’Énergie se sont engagés depuis des mois, est fixé pour la fin de l’année.

La tentation pourrait être grande, à quelques mois des élections, de cosigner un document lénifiant pompeusement intitulé pacte énergétique.

Depuis quelques semaines, ces ministres devraient être occupés à procéder aux premiers arbitrages politiques. Mais rien n’avance. Sans doute parce que le document de synthèse rédigé par leurs administrations, et qui devait servir de base à leur travail, ne ressemble pas à grand-chose. "Un catalogue de bonnes intentions", déplore une partie prenante. "Un mauvais copier-coller", note une autre. "Un texte tellement consensuel qu’il ne fait aucun choix", regrette une troisième.

Difficile pour les ministres, sans document bien fourni, argumenté, chiffré, qui liste clairement les grands arbitrages à effectuer, de procéder aux choix délicats forcément nécessaires pour construire une véritable vision énergétique. La tentation pourrait être grande, à quelques mois des élections, de se contenter de cosigner un document lénifiant pompeusement intitulé pacte énergétique.

Mais ne pas choisir, c’est encore choisir. Ne pas choisir, c’est laisser planer plus longtemps encore l’incertitude sur l’avenir du nucléaire, qui paralyse la quasi-totalité des investissements dans le secteur. Ne pas choisir, c’est s’exposer à des pénuries d’électricité dans les années à venir, qui pourraient faire fuir les entreprises. Ne pas choisir, c’est condamner la Belgique à subir la transition énergétique, plutôt qu’à en saisir les opportunités.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content