Un combat d'arrière-garde

Conflit social à la FN Herstal.

Le temps semble s’arrêter aux portes de l’usine d’armement FN Herstal, fermée pour cause de grève depuis plusieurs jours. Ce 24 octobre, l’entreprise totalisera 13 jours de blocage des activités depuis septembre. La situation interpelle, et ce d’autant plus qu’elle est le fait d’un seul syndicat, la FGTB-Métal, qui fait cavalier seul au grand désespoir de la CSC Metea. Il y a quelques jours, le syndicat socialiste fermait l’usine parce que la direction refusait aux ouvriers une augmentation salariale de 2,2%, soit le double de ce que l’Accord interprofessionnel (AIP) a autorisé. Or, la direction ne fait que respecter les accords signés au niveau fédéral, surtout qu’en dépassant la limite de 1,1%, l’entreprise risque des sanctions financières.

La FGTB mène un combat d’arrière-garde qui menace la pérennité de la FN Herstal.

Depuis jeudi, la FGTB récidive en décrétant un nouveau blocage des ateliers pour une durée indéterminée. "Oh my god", ironiserait le personnel du Groupe Herstal, maison mère de FN Herstal, occupé aux USA. Cette fois, les revendications sont aussi vagues que loin de la réalité au sein de l’entreprise. Dans son préavis qui court depuis le 19 octobre, la FGTB évoque dans les motifs, "le dialogue social, la gestion industrielle et la volonté de la direction de ne pas trouver de solutions à la situation actuelle".

On croit rêver, car le climat social est aujourd’hui plombé par l’intransigeance de la FGTB. Au sein des instances régionales, l’attitude de la délégation syndicale à la FN ne fait pas l’unanimité. Elle mène un combat d’arrière-garde, se trompe de siècle et se tire une balle dans le pied. Son attitude de va-t-en-guerre est d’autant plus incompréhensible qu’elle menace la pérennité de l’entreprise. Elle la met défavorablement dans la ligne de mire à l’heure où le débat sur les licences d’exportation fait rage et met une grande pression sur les entreprises d’armement (FN Herstal, CMI, Mecar, FZ). Les pacifistes du Grip (Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité) n’ont pas réussi à fermer la FN et à orienter son activité vers la fabrication de balles de golf, on dirait aujourd’hui que la FGTB s’y emploie à merveille.

Lire également

Messages sponsorisés