Un idéaliste tombé de son nuage

Frédéric Rohart

Le Mouvement 5 étoiles recalé par l’ADLE

Guy Verhofstadt veut devenir le président du Parlement européen. Dans sa première vidéo de campagne diffusée la semaine dernière, il s’affichait plus flamboyant que jamais, convaincu que l’Europe – beaucoup plus d’Europe – est la solution à tous nos maux. Mais il soulignait aussi être le plus pragmatique des hommes, capable de forger d’indispensables compromis. Ceux qui, hier encore, doutaient que cet idéaliste puisse redescendre de son nuage sont fixés une fois pour toutes: il est prêt à forger d’impensables compromis.

Vidéo de campagne de Guy Verhofstadt

On peut en effet difficilement trouver proposition plus matérialiste que celle faite par le chef de file des libéraux européens (ADLE) à ses troupes de s’allier avec le Mouvement cinq étoiles (M5S) pour en récupérer les sièges. Jusqu’à présent, le parti de Beppe Grillo était coalisé avec le meilleur ennemi de Verhofstadt: Nigel Farage et son parti europhobe britannique. Plus loin de l’idéal fédéraliste porté par le Belge, tu meurs. Verhofstadt est un ardent défenseur d’une ligne dure face à Moscou, Beppe Grillo plaide pour la fin des sanctions et un rapprochement avec Vladimir Poutine. Verhofstadt défend la monnaie unique, Grillo veut un référendum sur la sortie de l’Italie l’euro.

Verhofstadt devra affronter au sein de son parti les mines effarées de ceux qui, nombreux, peinent à digérer sa dernière tentation.

Alors certes, les libéraux et le mouvement de Grillo ont des combats en commun: la transparence, une démocratie plus directe, l’environnement. Mais cela pouvait-il suffire? La réponse est tombée comme un soufflé, à l’issue d’une réunion du bureau du groupe ADLE. Non, les libéraux et démocrates ne sont pas prêts à un mariage blanc avec le Mouvement 5 étoiles. Beppe Grillo serait revenu sur des concessions au sujet de l’euro, la fronde parmi les députés ADLE aura fait le reste.

Guy Verhofstadt n’aura donc pas le plaisir de se trouver à nouveau à la tête de la troisième force politique du Parlement européen. Et il devra affronter au sein de son parti les mines effarées de ceux qui, nombreux, peinent à digérer sa dernière tentation… Mais il aura prouvé à ceux qui le croyaient sur un nuage que son idéalisme n’est pas sans borne.

Lire également

Echo Connect