Une décision juste, une communication ratée

Les secondes résidences sont à nouveau accessibles.

Déconfiner un pays est un exercice inédit extrêmement délicat et difficile. Le processus doit reposer sur des critères sanitaires étayés, s’établir selon un agenda clair et s’appuyer sur une communication maîtrisée, didactique et cohérente. En autorisant précipitamment, à la veille du congé de l’Ascension, les citoyens à retourner dans leur seconde résidence – après avoir dit le contraire quelques jours plus tôt – les autorités de ce pays ont fait preuve d’une improvisation malvenue.

Sur le fond, la décision apparaît justifiée. La situation sanitaire le permet sans doute. Il semblait effectivement illogique d’autoriser des déplacements sans limites de distance pour aller voir un proche tout en interdisant un retour dans une maison à la campagne ou à la mer. Évidemment, on se réjouit pour les principaux intéressés, à savoir les propriétaires de seconde résidence, mais aussi les commerçants avoisinants.

Par une communication mal ficelée, nos dirigeants altèrent la confiance des citoyens dans la pertinence du déconfinement progressif.

Céder aux envies des plus nantis?

Mais l’image renvoyée est fâcheuse car elle donne le sentiment que les autorités organisent le déconfinement non pas en fonction d’impératifs de santé publique réfléchis, mais en fonction de la puissance des lobbies qui poussent pour telle ou telle mesure. Elle donne aussi l’impression que les gouvernements ont cédé aux envies des plus nantis là où les enfants des quartiers pauvres trouvent toujours les portes de leur plaine de jeux closes. Dans l’imaginaire collectif, une seconde résidence équivaut à une luxueuse villa à Knokke. Ce qui, soit dit en passant, est faux puisqu’une seconde résidence peut tout aussi bien être une caravane dans un camping.

Ce n’est pas la première fois qu’un couac de communication survient. On se souvient par exemple de l’annonce impromptue d’autoriser à nouveau des visites dans les maisons de repos qui a contraint à une volte-face rapide. 

L’intention est louable. Il est heureux qu’un gouvernement écoute les aspirations de sa population. Il est positif que les libertés soient entravées le moins possible. Mais par une communication mal ficelée, nos dirigeants altèrent la confiance des citoyens dans la pertinence du déconfinement progressif. Cette confiance est pourtant essentielle à la réussite de l’opération. L’adhésion aux restrictions toujours en vigueur – ou à celles qui devraient être remises en place en cas de rebond de l’épidémie – pourrait en souffrir.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Messages sponsorisés