Abécédaire pour se désintéresser de la politique

La Wallonie paralysée. Et après?

Après l’affaire Publifin et ses avatars de mauvaise gouvernance qui ont agité le paysage politique sous cette législature au point de provoquer un changement de majorité en juin 2017, le monde politique wallon avait probablement une chance de se racheter. Non pas une virginité, mais une certaine forme de respectabilité après les dérives provoquées par certains membres de sa famille. Ce devoir moral face à la montée du populisme aurait même dû participer à une forme de réconciliation avec les citoyens en rendant à la chose politique ses lettres de noblesse. Car on ne le dira jamais assez, consacrer sa vie à la gestion de la société est à la fois une passion mais aussi un sacrifice personnel pour des centaines de candidats qui s’apprêtent à mener campagne d’ici les élections du 26 mai. La suite de la séquence vient malheureusement brouiller les cartes.

Voyage en Laponie, défection du MR, paralysie du Parlement… L’image de la politique wallonne en prend un sacré coup cette semaine!

L’acte 1 met en avant la députée Patricia Potigny. Par sa défection du MR pour rejoindre Les Listes Destexhe pour des raisons personnelles qui oscillent entre de la déception vis-à-vis de son ancienne famille politique et un peu d’opportunisme avant les élections, l’ancienne députée libérale a fait perdre la majorité au gouvernement wallon MR-cdH. Si on peut s’en étonner, c’est le jeu démocratique et il se doit d’être accepté.

La suite est probablement plus inquiétante. En l’espace de 24 heures, un jeune parti politique se revendiquant à la droite du MR et qui ne cache pas défendre des thèses radicales face à l’immigration, est parvenu à prendre en otage l’ensemble d’un Parlement. Ici, c’est toute la démocratie qui se retrouve bloquée par le bon vouloir d’Alain Destexhe.

Plus anecdotique, on pourrait également s’étonner de voir Maxime Prévot, président du cdH mais aussi député au Parlement, se trouver en Laponie dans le cadre d’un trail alors que le gouvernement, qui ne tenait déjà qu’à un siège avant la défection de Patricia Potigny, doit faire passer une de ses plus importantes réformes cette semaine.

En trois exemples concrets, l’image de la politique en prend un sacré coup! Et le monde politique vient probablement de contribuer à convaincre ceux qui hésitaient encore à s’en désintéresser.

Lire également

Messages sponsorisés