Anne-Sophie Bailly

Le scandale de la viande de Veviba

La crise du fipronil il y a peu, le scandale de la vache folle avant celui de la viande de cheval. Et maintenant, l’affaire Veviba. Les scandales alimentaires se suivent sans se ressembler. Mais avec à la base souvent une fraude d’origine humaine. Une intention de frauder, de passer outre les garde-fous de santé publique.

Et avec à chaque fois, une conséquence identique: la défiance du consommateur vis-à-vis de son assiette. Il a fallu des années à la viande de bœuf pour retrouver le chemin des caddies et la lasagne industrielle ne s’en est jamais vraiment remise. Comment s’étonner alors dans un contexte pareil que la grande distribution trinque. Que là, ce ne sont pas les scandales, mais les restructurations qui s’enchaînent. Delhaize ne parvient plus à séduire le consommateur belge et Carrefour est aux prises avec une restructuration de grande ampleur. Pourquoi? On peut avancer la pyramide des âges. Le modèle du tout sous un même toit qui ne séduit plus. La concurrence des low cost. Rien de tout cela n’est faux.

Le consommateur trouve ailleurs ce qu’il cherche aujourd’hui. Dans le bio, le local, le circuit court.

Mais avant tout, c’est une crise de confiance qui secoue le secteur. Le consommateur ne veut plus de salades qui n’ont jamais vu la terre, de fraises gonflées à l’eau, de poires bio en provenance d’Argentine ou de pommes de terre d’Israël. Encore moins de jambon rose bonbon qui n’a plus de viande que le nom. Et pourtant, c’est ce qu’il trouve dans les rayons des supermarchés. Qui à force de se battre contre la concurrence à coups de baisses des prix, ont perdu leur client de vue. Celui-ci a trouvé ailleurs ce qu’il cherche aujourd’hui. Dans le bio, le vegan, le local, le circuit court, le fait maison.

Mais on a la blockchain, rétorquera le secteur, un gage de traçabilité. Peut-être. Mais si dès la base, le produit pèche par manque de qualité, cela ne changera rien. Et tant que la distribution n’aura pas restauré la confiance avec son client, le secteur ne pourra que voir ses rayons être désertés. Et restructurer. Encore et encore…

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content