Avancer, pas "flandriser"

Geert Noels suggère de "flandriser" la Wallonie

L’économiste Geert Noels s’est fendu ce week-end, dans votre quotidien préféré, d’une carte blanche du genre provocatrice, prônant une "flandrisation de la Wallonie", assenant que la Belgique est dotée de "deux économies séparées" et que la Flandre "a aujourd’hui tendance à adopter les mauvaises habitudes des Wallons": interventionnisme public, relâchement scolaire, jalousie envers ceux qui réussissent… Pour balancer, ça balance.

Monsieur Noels, on vous invite en Wallonie près de nos biotechs qui fleurissent un peu partout.Ou chez Odoo, qui engage une personne par jour.

Mais enfin, les Wallons, allez-vous enfin comprendre? C’est pourtant simple, prenez exemple sur nous – les Flamands –, soyez bons. Vous verrez, ça ira mieux. Voilà en substance ce que glisse l’économiste flamand sous nos yeux.

Que la Wallonie doive encore progresser – et nettement – sur des terrains aussi essentiels que la qualité de son enseignement, c’est l’évidence. Les études Pisa le rappellent à intervalles réguliers, tout le monde est au courant, merci. Que l’esprit d’entreprise puisse essaimer davantage, on est bien d’accord. Dans les deux cas, on l’a assez souligné ici.

La flandrisation de la Wallonie

Lisez la carte blanche de Geert Noels ici.

Mais pour le reste, c’est un peu court, Monsieur Noels. Vous tombez dans la caricature de la Wallonie, dont seuls les "excellents résultats dans le domaine environnemental" semblent trouver grâce à vos yeux.

On pourrait se contenter d’ignorer votre analyse. On pourrait remballer tout ça vite fait, en se disant que tout cela ne fait que servir la soupe à la N-VA – laquelle cherche partout en Belgique la preuve de l’existence de deux pays (de quoi servir ses ambitions confédérales).

Mais ce ne serait pas très constructif, n’est-ce pas? Alors, on vous propose autre chose. Si cela vous dit, on vous emmène faire un petit tour en Wallonie. Au-delà des forêts. Du côté des biotechs, qui fleurissent çà et là et lèvent des fonds records. Ou bien chez Odoo, à Grand-Rosière, entre Brabant wallon et Namurois, qui engage une personne par jour.

Histoire de dépasser les clichés. Partant?

Lire également

Echo Connect

Messages sponsorisés

n