Bâle III ou la double inconstance

Shakespeare ou Marivaux? Peut-être un peu des deux. D’abord parce qu’il y a quelque chose de comique dans ce royaume de la régulation bancaire.

Réuni hier, le Comité de Bâle s’est empressé de conclure un accord sur les niveaux de fonds propres que les banques devraient désormais détenir. Ces normes, dites de Bâle III, doivent en effet être présentée au sommet du G20 en novembre prochain à Séoul. Les théoriciens de la finance l’ont suffisamment martelé: les établissements bancaires n’avaient pas les reins assez solides pour affronter la crise. Aux régulateurs maintenant de montrer leur pouvoir.

Mais la conversation entre les deux a d’abord viré au marivaudage. À l’aide de modèles savants, les banques ont montré que les propositions du Comité de Bâle les empêcheraient de prêter à l’économie, et qu’elles coûteraient jusqu’à 3 points au PIB mondial, sans compter la dizaine de millions d’emplois perdus. En face, un rapport d’experts du même comité établissait que la réforme ne coûterait finalement que 0,04 %, et serait même bénéfique au-delà de quatre ans.

Cette joute chiffrée n’aurait été que simplement amusante si, entre-temps, le comité de Bâle n’avait pas fléchi. En juillet, il a adouci sa position. La portée des actifs acceptés dans le calcul des fonds propres est désormais augmentée. Et l’échéance pour les efforts les plus difficiles reportée de 2012 à 2018.

Pourtant, les banques allemandes ont continué à pleurer sur leur sort. Au cœur des discussions, notamment, les participations "silencieuses" du gouvernement, qui seraient exclues des fonds propres. La semaine passée, le patron de l’association des banques publiques demandait même une phase de transition jusqu’en… 2040!

Selon les rumeurs, le comité reprenait hier un ton plus sévère. Il était temps. Les normes de Bâle II, mal appliquées, avaient déjà accentué la crise financière. Et le sombre Hamlet pourrait vite reprendre la place d’Arlequin.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés