Beaux paris sur l'avenir

Chroniqueur, newsmanager

Deux IPO à Bruxelles en quelques jours. Réjouissons-nous.

En l’espace de quelques jours à peine, la capitalisation de la Bourse de Bruxelles vient de gonfler de plus d'un milliard d’euros grâce à l’arrivée à la cote d’une "medtech", Nyxoah, et d’une "fintech", Unifiedpost. Vincent Van Dessel, le patron d’Euronext Bruxelles, a raison de se réjouir. Notre place financière n’a que trop peu l’occasion de voir un dirigeant de société sonner la fameuse cloche lors de la traditionnelle "bell ceremony" célébrant une introduction boursière (IPO).

Fintech et medtech constituent assurément des secteurs technologiques porteurs, dans la finance pour l’un, dans le médical pour l’autre. Il est donc vraiment regrettable que les investisseurs particuliers n’aient pas pu souscrire à l’IPO d’Unifiedpost. Même si cette interdiction de souscription leur a peut-être évité quelques sueurs froides en raison des débuts un peu chahutés de la fintech. Après un bond de 40% à l’ouverture, l'action est revenue momentanément sous son prix d’introduction avant de clôturer sur un gain de 19%.

Les dirigeants sont pleinement conscients que le plus dur reste à accomplir et c’est plutôt rassurant.

Que ce soit pour le spécialiste de la numérisation des factures basé à La Hulpe ou pour la start-up de Mont-Saint-Guibert luttant contre l’apnée du sommeil - le Brabant wallon est décidément à l'honneur! - , les défis ne sont pas minces. Leurs dirigeants sont d’ailleurs pleinement conscients que le plus dur reste à accomplir et c’est plutôt rassurant. Pour les investisseurs aussi, il faut se garder de toute euphorie car leur placement constitue un pari sur l’avenir. Un beau pari, mais un pari tout de même, puisque les deux sociétés sont toujours déficitaires.

Avec des taux d'intérêt au plancher, un certain engouement est bel et bien perceptible pour les actions "tech", synonymes de croissance. Lors de sa première journée de cotation vendredi, Nyxoah avait bondi de près de 30% avant de limiter son avance à 15%. On ne peut pas (encore) vraiment parler de bulle spéculative lors des IPO à Bruxelles. Ou alors d’une "bulleke", une toute petite bulle.  Rien de comparable avec ce que l’on a vu aux États-Unis lors de la récente arrivée en bourse de la société Snowflake, spécialisée dans le "cloud computing" et la gestion de data.  Le cours a plus doublé le premier jour et la société, avec ses 60 milliards de dollars de capitalisation, vaut aujourd’hui davantage que General Motors et presque autant que Goldman Sachs! Certes, elle bénéficie du soutien de Warren Buffett mais quand même...

Lire également

Messages sponsorisés