Belgique, terre d'accueil des Gafa

Simon  Souris

Google investit 253 millions à Mons.

Il y a des annonces qui dépassent le statut de simple notification pour revêtir celui d’un appel plus large, rassembleur et inspirant à la fois. Ni fait divers, ni actualité perdue. Non. Lorsque Google annonce jeudi un investissement de 253 millions d’euros dans son data center de Baudour, près de Mons, portant aujourd’hui le montant total de ses investissements sur le site au milliard d’euros, l’on ne peut s’empêcher d’y voir une dynamique certaine, surtout quand on sait que le géant américain y a cru dès la première heure. Après tout, c’est bien la Belgique qui a accueilli, milieu des années 2000, le premier centre hors des Etats-Unis du géant du web. Et un peu plus de dix ans plus tard, les résultats sont là: 1.350 emplois directs et indirects. Au Borinage.

Après Google à Mons, pourquoi ne pas imaginer qu’un Amazon installe un jour un entrepôt géant sur l’ancien site de Caterpillar?

Alors, avec un Facebook qui occupe désormais le Regent Park, fièrement posé au coin de la rue de la Loi et du boulevard du Régent à Bruxelles, ou un Apple qui fait transiter ses iPhone par l’aéroport de Liège, pourquoi ne pas surfer sur la vague? Pourquoi ne pas profiter de l’effet d’aspiration généré par la nouvelle positive de Google pour concrétiser l’attrait du plat pays? Après tout, comme le dit le patron de Google Belgique, Thierry Geerts, "on est bien situé et les travailleurs sont qualifiés et innovants". Pourquoi, oui, pourquoi ne pas imaginer alors qu’un Amazon installe un entrepôt géant sur l’ancien site carolo de Caterpillar par exemple? Cela serait bien. Cela serait fort. "Belgique, terre d’accueil des Gafa." Telle l’Irlande, mais chez nous. Donc en mieux. Oui, ça serait bien.

Et puis, il y a le contexte. Si le géant américain a racheté des terrains dans différents pays européens, leurs (hypothétiques) data centers ne sont pas encore là, contrairement au belge. C’est le cas du Grand-Duché notamment. Quelle aubaine. Cela ne doit pas être pour nous déplaire. Au contraire. Ce contexte est à appeler de nos vœux, avant de lancer un message: venez, patrons des Gafa, oui venez investir en Wallonie et à Bruxelles. Et en Flandre. Le train est assuré. Promis. Ne reste plus qu’à emmener le braquet.

Lire également

Echo Connect