Ceci n’est pas une monnaie

Chroniqueur

Une séance extrêmement chahutée pour les cryptomonnaies. L'attitude d'Elon Musk et ses propos sur le bitcoin posent question alors que les banques centrales veulent de leur côté serrer la vis pour conserver leur monopole monétaire absolu.

Non, en dépit des qualités remarquables de la blockchain, le bitcoin n’est pas une monnaie à part entière. Comment pourrait-on qualifier de monnaie un actif qui depuis ses origines affiche une volatilité extrême? Même Elon Musk, un de ses plus ardents supporters, vient tout récemment de s’en rendre compte puisqu’il sera finalement impossible d’acquérir une Tesla avec des bitcoins. Le milliardaire américain a "subitement" découvert que le bitcoin, en raison de son minage, comportait un coût environnemental énorme, ce que l’on savait pourtant depuis de nombreuses années. Étrange, non?

Non, le bitcoin n’est pas une monnaie. Comment pourrait-il l’être alors que précisément un homme comme Musk semble capable d’en manipuler, sans scrupule aucun, le cours, tant à la hausse qu'à la baisse, à l’aide d’un simple tweet?

Mercredi, le bitcoin et les autres cryptomonnaies ont subi une journée extrêmement chahutée. En cours de séance, le bitcoin a perdu jusqu'à 30%, portant sa chute à plus de 50% sur un mois, avant d'amorcer une remontée. Ce n’est pas le premier "bitkrach" de l’histoire. De la fin 2017 à la fin 2018, il s’était déjà écrasé de 80%. Mais il s’en était remis.

La différence, c’est que cette fois, les autorités étatiques semblent vouloir encore davantage serrer la vis. De manière quasiment simultanée, la Banque de Chine et la Banque centrale européenne (BCE) ont émis des avertissements concernant les cryptomonnaies. La Chine a ainsi rappelé à ses institutions financières qu’elles ne pouvaient pas proposer à leurs clients de services liés aux cryptomonnaies.

Toutes les banques centrales partagent cette volonté commune de conserver leur monopole monétaire absolu.

Toutes les banques centrales partagent cette volonté commune de conserver leur monopole monétaire absolu. Elles n’ont sans doute guère apprécié que des banques réputées et de gros investisseurs s’intéressent de plus en plus au bitcoin et aux autres cryptos. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elles préparent depuis un certain temps la riposte avec la création de monnaies digitales. La Chine teste déjà sur le terrain un "e-yuan", un yuan numérique, et veut avancer rapidement. La BCE devrait quant à elle prendre une décision formelle cet été sur le lancement d'un euro digital. Ce dernier permettrait en principe aux particuliers d'avoir un compte directement auprès de la BCE. Ceci pose pas mal de questions, pour les banques privées d'abord (quel serait leur rôle?), mais aussi pour les particuliers (toutes leurs opérations pourraient être scrutées par une instance étatique). Mais à l'inverse des cryptos, une telle monnaie numérique devrait bien entendu se distinguer par sa stabilité. La guerre des monnaies digitales ne fait sans doute que commencer...

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés