Comme une minorité protégée…

©doc

Cherchez la femme… Et, si possible, trouvez-la!

Car les femmes manquent partout, dans les hautes sphères: pas assez d’administratrices de sociétés, trop peu d’ingénieures, aucune rectrice dans nos universités francophones… Les féministes se battent depuis des années pour briser le plafond de verre qui barrerait le chemin des femmes. En brandissant l’arme des quotas, si nécessaire. Même si aucune d’elle ne supporte facilement l’idée de faire passer la moitié de l’humanité pour une minorité protégée. En matière de quotas, le Parlement européen veut aller un pont plus loin. Un pont trop loin? Les raisons qui bloquent l’accès des femmes aux postes à responsabilités ne sont pas toutes dues uniquement à la mauvaise volonté et au machisme des hommes. Petit décryptage de quelques idées reçues.

Un: les femmes manquent de réseaux. Il faut plaider auprès des femmes pour qu’elles acceptent d’investir davantage de leur temps dans le networking, les voyages d’affaires, les rencontres informelles. C’est la seule manière de s’inscrire et de demeurer dans la mémoire des… hommes chargés de dresser la liste des candidats aux plus hautes fonctions.

Deux: la vie des entreprises n’est pas faite pour les femmes. Les horaires de réunions, les coups de téléphone de jour comme de nuit, le travail ramené à la maison… s’accorderaient mal avec la vie des mères de famille. Sans doute. Mais à ce compte-là, la vie en entreprise n’est pas davantage faite pour les hommes. Cette évolution-là doit venir des services de ressources humaines. Et se mâtiner d’un peu de bonne volonté de part et d’autre.

Trois: les femmes manquent d’ambition. De fait, il est vraisemblable que très peu de femmes pensent à devenir administratrices de société le matin en se… brossant les dents. C’est normal. Cela ne devrait pas être l’objectif premier des défenseurs de la cause des femmes. C’est en grimpant les échelons opérationnels de l’entreprise que les femmes gagneront leurs galons, qu’elles se feront connaître de leurs pairs et pourront participer en toute transparence au processus de nomination. Le problème est mal posé, car on le prend par le mauvais bout.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés